Durant le dernier Conseil National de Sécurité (CNS), la natation n'a pas été abordée, et cela provoque la déception des fédérations et de leurs membres. "Nageurs, clubs et nos fédérations attendions avec impatience la conférence de presse de mercredi dernier où une bonne nouvelle tomberait", peut-on lire dans le communiqué commun. "Malheureusement, rien sur la natation, deuxième sport olympique qui a remporté de nombreuses médailles belges, rien sur le water-polo, rien sur la natation artistique, rien sur le plongeon." Les fédérations ont donc établi une feuille de route pour rouvrir en "gardant le coronavirus hors des piscines". "Un nageur par couloir, pas d'utilisation de douches et de vestiaires, tout désinfecté. Nos membres peuvent prendre toutes les mesures nécessaires et peuvent superviser eux-mêmes. Nous savons que les piscines sont coûteuses à ouvrir, mais beaucoup de personnes souhaitent qu'elles ouvrent. Ils n'ont besoin que de votre permission." Pour la reprise, les fédérations proposent de travailler en trois phases: d'abord des groupes limités d'athlètes de haut niveau, d'espoirs sportifs et de nageurs de niveau national. Dans un second temps, les autres compétiteurs licenciés et les écoles de natation et puis les autres membres, compétitifs et récréatifs. Les fédérations se disent prêtes à expliquer davantage comment garder les piscines en sécurité et espèrent que les ministres examinent la demande. (Belga)

Durant le dernier Conseil National de Sécurité (CNS), la natation n'a pas été abordée, et cela provoque la déception des fédérations et de leurs membres. "Nageurs, clubs et nos fédérations attendions avec impatience la conférence de presse de mercredi dernier où une bonne nouvelle tomberait", peut-on lire dans le communiqué commun. "Malheureusement, rien sur la natation, deuxième sport olympique qui a remporté de nombreuses médailles belges, rien sur le water-polo, rien sur la natation artistique, rien sur le plongeon." Les fédérations ont donc établi une feuille de route pour rouvrir en "gardant le coronavirus hors des piscines". "Un nageur par couloir, pas d'utilisation de douches et de vestiaires, tout désinfecté. Nos membres peuvent prendre toutes les mesures nécessaires et peuvent superviser eux-mêmes. Nous savons que les piscines sont coûteuses à ouvrir, mais beaucoup de personnes souhaitent qu'elles ouvrent. Ils n'ont besoin que de votre permission." Pour la reprise, les fédérations proposent de travailler en trois phases: d'abord des groupes limités d'athlètes de haut niveau, d'espoirs sportifs et de nageurs de niveau national. Dans un second temps, les autres compétiteurs licenciés et les écoles de natation et puis les autres membres, compétitifs et récréatifs. Les fédérations se disent prêtes à expliquer davantage comment garder les piscines en sécurité et espèrent que les ministres examinent la demande. (Belga)