Les nouvelles dates retenues vont avoir un impact important sur l'ensemble du calendrier sportif de 2021. Plus tôt elles seront décidées au mieux ce sera pour tout le monde. L'Euro de football a déjà été reporté du 11 juin au 11 juillet et le sport N.1 mondial peut s'organiser. On imagine mal les JO venir les concurrencer. Les deux sports olympiques majeurs doivent en principe organiser leurs Mondiaux à l'été 2021: la natation (16 juillet-1er août) et l'athlétisme (6-15 août). L'Euro de basket est lui programmé du 2 au 19 septembre. Autant d'épreuves qui entrent directement en concurrence avec les JO. L'une des plus grandes préoccupations des athlètes est la route de la qualification pour les Jeux. A peine 57% des les athlètes étaient qualifiés le 24 mars jour de l'annonce du report des JO. Il faudra maintenant clarifier quels sont les critères et les places qui restent disponibles. Il faudra aussi reprogrammer les différents tournois de qualifications qui ont dû être annulés. En dehors des questions sportives, d'autres problèmes d'importance devront être réglés. Il se peut que les quelque 11.000 athlètes olympiques ou les 4.400 participants aux Jeux paralympiques ne soient plus en mesure, en 2021, de résider dans un Village commun comme prévu. Les 5.632 appartements qui le composaient devaient être remis à des propriétaires privés à l'issue des compétitions programmées en 2020. Selon les estimations, un quart des appartements a déjà été vendus. Les Jeux devaient également avoir lieu dans un total de 42 installations sportives. Certaines arènes ont déjà été réservées pour d'autres événements l'année prochaine, d'autres installations n'étaient que temporaires et devaient être démontées. Les organisateurs ont essayé de maintenir les coûts déjà immenses dans les limites raisonnables. Selon les estimations, le Japon aurait estimé le coût total des Jeux à 11,5 milliards d'euros fin décembre 2019. Selon les experts, la facture pourrait augmenter entre 2,5 et 5,5 milliards d'euros afin de couvrir les coûts supplémentaires de location de sites, la modification des réservations hôtelières et l'emploi prolongé du personnel de l'organisation et d'agents de sécurité, entre autres. Mais d'autres, estiment que si les Jeux avaient été maintenus, il n'y aurait pas eu pratiquement de touristes au Japon cet été, en raison de la pandémie de coronavirus. Dès lors la présence des touristes l'année prochaine permettra de limiter l'impact de ce surcoût. (Belga)

Les nouvelles dates retenues vont avoir un impact important sur l'ensemble du calendrier sportif de 2021. Plus tôt elles seront décidées au mieux ce sera pour tout le monde. L'Euro de football a déjà été reporté du 11 juin au 11 juillet et le sport N.1 mondial peut s'organiser. On imagine mal les JO venir les concurrencer. Les deux sports olympiques majeurs doivent en principe organiser leurs Mondiaux à l'été 2021: la natation (16 juillet-1er août) et l'athlétisme (6-15 août). L'Euro de basket est lui programmé du 2 au 19 septembre. Autant d'épreuves qui entrent directement en concurrence avec les JO. L'une des plus grandes préoccupations des athlètes est la route de la qualification pour les Jeux. A peine 57% des les athlètes étaient qualifiés le 24 mars jour de l'annonce du report des JO. Il faudra maintenant clarifier quels sont les critères et les places qui restent disponibles. Il faudra aussi reprogrammer les différents tournois de qualifications qui ont dû être annulés. En dehors des questions sportives, d'autres problèmes d'importance devront être réglés. Il se peut que les quelque 11.000 athlètes olympiques ou les 4.400 participants aux Jeux paralympiques ne soient plus en mesure, en 2021, de résider dans un Village commun comme prévu. Les 5.632 appartements qui le composaient devaient être remis à des propriétaires privés à l'issue des compétitions programmées en 2020. Selon les estimations, un quart des appartements a déjà été vendus. Les Jeux devaient également avoir lieu dans un total de 42 installations sportives. Certaines arènes ont déjà été réservées pour d'autres événements l'année prochaine, d'autres installations n'étaient que temporaires et devaient être démontées. Les organisateurs ont essayé de maintenir les coûts déjà immenses dans les limites raisonnables. Selon les estimations, le Japon aurait estimé le coût total des Jeux à 11,5 milliards d'euros fin décembre 2019. Selon les experts, la facture pourrait augmenter entre 2,5 et 5,5 milliards d'euros afin de couvrir les coûts supplémentaires de location de sites, la modification des réservations hôtelières et l'emploi prolongé du personnel de l'organisation et d'agents de sécurité, entre autres. Mais d'autres, estiment que si les Jeux avaient été maintenus, il n'y aurait pas eu pratiquement de touristes au Japon cet été, en raison de la pandémie de coronavirus. Dès lors la présence des touristes l'année prochaine permettra de limiter l'impact de ce surcoût. (Belga)