"Pourquoi ne se décide-t-on pas à jouer de mars à décembre, avec un mercato en juillet - août ? On éliminerait déjà les problèmes des terrains impraticables. Le foot doit se jouer en été. On terminerait au moment de Noël avec l'apothéose du titre. Ce serait un chouette moment pour fêter un sacre. Ici, Anderlecht est champion mais on a à peine fait la fête. Parce que le mois d'avril n'est pas un moment pour s'amuser." (Sport Foot Magazine, mai 2010)

"Le Standard est un club qui vibre. Ici, ça bouge, ce club est dynamique et a la faculté de surprendre alors que Bruges et Anderlecht sont des monuments statiques." (Sport Foot Magazine, juillet 2012)

"On pourrait déposer plainte contre Anderlecht suite au transfert de Cyriac mais les peines sont risibles, donc on ne fera rien. Et ce n'est pas le but non plus de nous mettre tout le monde à dos." (Sud Presse, juillet 2012)

"Ce n'est pas le moment de se demander si Ron Jans est menacé. On prépare le match contre Anderlecht, ce sera un peu la guerre." (VRT, octobre 2012)

"Un transfert à Anderlecht ne serait pas un pas en avant pour William Vainqueur et Paul-José Mpoku. Anderlecht n'est pas un plus grand club que le Standard, et sur le plan financier non plus, il n'est pas au-dessus de nous." (Het Nieuwsblad, mai 2013)

"On n'a pas le droit d'approcher un joueur qui est sous contrat ailleurs. Anderlecht a agi dans notre dos. Je leur ai dit qu'un transfert de Michy Batshuayi n'était pas négociable. Il restera chez nous, surtout parce qu'il y est beaucoup mieux encadré. Et il comprend que nous avons un entraîneur fantastique." (RTBF, juin 2013)

"Anderlecht, notre principal concurrent ? Je ne vois pas les choses comme ça. Notre adversaire numéro 1, c'est Michel Preud'homme. Pas Bruges, mais Preud'homme !" (Het Laatste Nieuws, octobre 2013)

Par Pierre Danvoye

Retrouvez toutes les punchlines de Roland Duchâtelet dans votre Sport/Foot Magazine

"Pourquoi ne se décide-t-on pas à jouer de mars à décembre, avec un mercato en juillet - août ? On éliminerait déjà les problèmes des terrains impraticables. Le foot doit se jouer en été. On terminerait au moment de Noël avec l'apothéose du titre. Ce serait un chouette moment pour fêter un sacre. Ici, Anderlecht est champion mais on a à peine fait la fête. Parce que le mois d'avril n'est pas un moment pour s'amuser." (Sport Foot Magazine, mai 2010) "Le Standard est un club qui vibre. Ici, ça bouge, ce club est dynamique et a la faculté de surprendre alors que Bruges et Anderlecht sont des monuments statiques." (Sport Foot Magazine, juillet 2012) "On pourrait déposer plainte contre Anderlecht suite au transfert de Cyriac mais les peines sont risibles, donc on ne fera rien. Et ce n'est pas le but non plus de nous mettre tout le monde à dos." (Sud Presse, juillet 2012) "Ce n'est pas le moment de se demander si Ron Jans est menacé. On prépare le match contre Anderlecht, ce sera un peu la guerre." (VRT, octobre 2012) "Un transfert à Anderlecht ne serait pas un pas en avant pour William Vainqueur et Paul-José Mpoku. Anderlecht n'est pas un plus grand club que le Standard, et sur le plan financier non plus, il n'est pas au-dessus de nous." (Het Nieuwsblad, mai 2013) "On n'a pas le droit d'approcher un joueur qui est sous contrat ailleurs. Anderlecht a agi dans notre dos. Je leur ai dit qu'un transfert de Michy Batshuayi n'était pas négociable. Il restera chez nous, surtout parce qu'il y est beaucoup mieux encadré. Et il comprend que nous avons un entraîneur fantastique." (RTBF, juin 2013) "Anderlecht, notre principal concurrent ? Je ne vois pas les choses comme ça. Notre adversaire numéro 1, c'est Michel Preud'homme. Pas Bruges, mais Preud'homme !" (Het Laatste Nieuws, octobre 2013) Par Pierre DanvoyeRetrouvez toutes les punchlines de Roland Duchâtelet dans votre Sport/Foot Magazine