De même, l'idée d'intégrer des équipes espoirs en D1B et dans les divisions supérieures du foot amateur faisait l'objet de l'un des points à l'ordre du jour. Les clubs n'ont pas non plus trouvé d'entente. Du coup, la présence la saison prochaine de Club NXT, l'équipe Espoirs du Club de Bruges, qui évolue cette saison en D1B, n'est pas définie. L'arrêt de la compétition l'an dernier en raison du coronavirus avait abouti à un championnat à 18, au lieu de 16, en principe pour la saison prochaine aussi pour éviter d'un coup trois descendants. Certains plaident pour prolonger ce nombre une saison supplémentaire avant de revenir à 16 en 2023-2024. "Nous avons constaté dans les discussions que les deux dossiers sont liés", a commenté Pierre François, le CEO de la Pro League. "C'est plus de la politique que du sportif. Il faut aussi que se dégage une majorité des deux tiers et pour le moment nous n'avons pas de solution. Les demandes et les exigences des différentes parties prenantes (D1A, D1B et clubs amateurs) sont difficilement conciliables. Nous avons un mandat pour trouver une solution, mais je pense que si un accord intervient pour les Espoirs, le format de compétition suivra." Ces dossiers sont ainsi reportés à une prochaine assemblée générale le 3 mars. Lors de cette réunion, un autre sujet sensible pourrait refaire surface. Telenet et Proximus réclament toujours des dommages et intérêts après l'arrêt de la saison 2019-2020 en raison de la pandémie de coronavirus et dont ils détenaient les droits. C'est le Centre belge d'arbitrage et de médiation (Cepani) qui devra se prononcer. Autre décision de l'Assemblée générale, aucun match de playoff ne pourra être reporté en raison de cas de Covid-19 dans une équipe, à l'exception des duels pour la relégation ou le maintien. Jusqu'à la fin de la phase régulière, le 18 avril, la règle de pouvoir remettre une rencontre si sept joueurs ou plus sont positifs au coronavirus reste d'application. En interne, le manager des licences, Nils Van Branteghem travaillera désormais pour l'Union belge et non plus pour la Pro League afin d'éviter les conflits d'intérêts. Il cumulait jusqu'ici les fonctions de manager des licences, de manager du calendrier et Chief Financial Officer de la Pro League. (Belga)

De même, l'idée d'intégrer des équipes espoirs en D1B et dans les divisions supérieures du foot amateur faisait l'objet de l'un des points à l'ordre du jour. Les clubs n'ont pas non plus trouvé d'entente. Du coup, la présence la saison prochaine de Club NXT, l'équipe Espoirs du Club de Bruges, qui évolue cette saison en D1B, n'est pas définie. L'arrêt de la compétition l'an dernier en raison du coronavirus avait abouti à un championnat à 18, au lieu de 16, en principe pour la saison prochaine aussi pour éviter d'un coup trois descendants. Certains plaident pour prolonger ce nombre une saison supplémentaire avant de revenir à 16 en 2023-2024. "Nous avons constaté dans les discussions que les deux dossiers sont liés", a commenté Pierre François, le CEO de la Pro League. "C'est plus de la politique que du sportif. Il faut aussi que se dégage une majorité des deux tiers et pour le moment nous n'avons pas de solution. Les demandes et les exigences des différentes parties prenantes (D1A, D1B et clubs amateurs) sont difficilement conciliables. Nous avons un mandat pour trouver une solution, mais je pense que si un accord intervient pour les Espoirs, le format de compétition suivra." Ces dossiers sont ainsi reportés à une prochaine assemblée générale le 3 mars. Lors de cette réunion, un autre sujet sensible pourrait refaire surface. Telenet et Proximus réclament toujours des dommages et intérêts après l'arrêt de la saison 2019-2020 en raison de la pandémie de coronavirus et dont ils détenaient les droits. C'est le Centre belge d'arbitrage et de médiation (Cepani) qui devra se prononcer. Autre décision de l'Assemblée générale, aucun match de playoff ne pourra être reporté en raison de cas de Covid-19 dans une équipe, à l'exception des duels pour la relégation ou le maintien. Jusqu'à la fin de la phase régulière, le 18 avril, la règle de pouvoir remettre une rencontre si sept joueurs ou plus sont positifs au coronavirus reste d'application. En interne, le manager des licences, Nils Van Branteghem travaillera désormais pour l'Union belge et non plus pour la Pro League afin d'éviter les conflits d'intérêts. Il cumulait jusqu'ici les fonctions de manager des licences, de manager du calendrier et Chief Financial Officer de la Pro League. (Belga)