Hat-trick on transfer deadline. Le titre ronflant qu'a envoyé Anderlecht samedi à des centaines de milliers de followers collait parfaitement au travail accompli par Michael Verschueren dans des conditions extrêmes. Comme si ça ne suffisait pas, le directeur sportif a également dû poser pour la traditionnelle photo de famille avec Franky Vercauteren et ses nouvelles recrues, Marko Pjaca et Dejan Joveljic. Le large sourire de Verschueren Junior contrastait avec la grimace de Vercauteren, qui n'est pas parvenu à esquisser un smile.
...

Hat-trick on transfer deadline. Le titre ronflant qu'a envoyé Anderlecht samedi à des centaines de milliers de followers collait parfaitement au travail accompli par Michael Verschueren dans des conditions extrêmes. Comme si ça ne suffisait pas, le directeur sportif a également dû poser pour la traditionnelle photo de famille avec Franky Vercauteren et ses nouvelles recrues, Marko Pjaca et Dejan Joveljic. Le large sourire de Verschueren Junior contrastait avec la grimace de Vercauteren, qui n'est pas parvenu à esquisser un smile. Vercauteren ne s'est guère remué durant les derniers jours du mercato. De son côté, il paraît que Verschueren n'était pas particulièrement nerveux mais qu'il n'a vraiment été soulagé que quand l'AC Milan s'est manifesté pour Alexis Saelemaekers. Comme il se doit, l'ailier de vingt ans a été félicité sur les réseaux sociaux pour son transfert tandis qu'en interne, on éprouvait plutôt de la pitié pour le changement de cap du jeune homme. Une question revenait : que peut bien espérer ce garçon à San Siro ? Saelemaekers a fait taire ses détracteurs durant son entrée au jeu de 14 minutes contre le Hellas Vérone. Mais à Neerpede, beaucoup de gens sont surtout soulagés d'être débarrassés d'un joueur qui avait la réputation d'être difficile à gérer en raison de son énorme tempérament. Saelemaekers ne redoutait vraiment qu'une seule personne : Emilio Ferrera, son entraîneur en U21. Mais il a quitté Anderlecht depuis longtemps. Anderlecht pouvait enfin s'activer sur le marché grâce à l'argent rapporté par Saelemaekers. Pieter Eecloo, le chef de la cellule de scouting, a joué un rôle crucial dans le hat-trick de Verschueren. C'est lui qui devait filtrer toutes les informations et préparer les dossiers des transferts. Le Sporting s'intéressait notamment beaucoup à Leonardo Koutris, un arrière gauche de l'Olympiacos, que plusieurs managers avaient proposé au Lotto Park. Eecloo a dû trancher. Il est arrivé à la conclusion que le montant de la location et l'option obligatoire d'achat de 5 millions n'étaient pas à la portée d'Anderlecht. Koutris, un Grec né d'une mère brésilienne, a finalement été loué à Majorque. Anderlecht s'était fixé une série de limites. Il est parti en quête de joueurs à louer, dont le club propriétaire continuerait à payer la majeure partie du salaire. Ou de footballeurs à bas salaire, comme Kemar Lawrence, qui avait une rémunération annuelle de base de 305.000 euros aux New York Red Bulls. L'accent portait surtout sur le renfort du secteur offensif. " Nous avons marqué fort peu de buts durant la première partie du championnat, d'un point de vue historique ", a déclaré Verschueren. " Nous cherchions plus d'efficacité dans le rectangle. Avec ces footballeurs, nous avons de fait renforcé notre compartiment offensif. " Pjaca et Joveljic, qui doit son transfert à l'Eintracht Francfort à la hype autour de Luka Jovic, selon un agent en vue en Belgique, doivent faire ce que leurs nouveaux collègues n'ont pas réussi jusqu'à présent : rester en forme, délivrer des assists et marquer. Les ailiers et/ou attaquants Jérémy Doku (771 minutes de jeu), Kemar Roofe (630 minutes de jeu), Alexis Saelemaekers (599 minutes de jeu), Nacer Chadli (435 minutes de jeu), Francis Amuzu (339 minutes de jeu), Antoine Colassin (270 minutes de jeu) et Yari Verschaeren (134 minutes de jeu) ont inscrit, ensemble... huit buts. Avec 28 goals en 24 matches, le Sporting est en bonne voie pour battre un record à la baisse. À ce train, il en sera à 35 buts à la fin du championnat régulier. C'est presque la moitié des 69 buts inscrits lors de la saison 2012-2013 et des 61 de l'exercice 2016-2017, celui du dernier titre. Même la saison passée, les Mauves ont atteint le nombre respectable de 49 buts. Ce ne sont pourtant pas les exercices de tirs qui manquent à l'entraînement mais l'équipe de Vercauteren n'a pas une mentalité de killer. Elle a évité de justesse un huitième nul blanc contre le Royal Excel Mouscron. " Nous aurions dû être plus efficaces ", a relevé Vercauteren après la victoire 1-0. " C'est un fait : nous avons du mal à concrétiser nos occasions. Marquer n'est pas notre point fort. Colassin a le sens du but mais nous n'en avons pas beaucoup comme lui. " La recherche d'un attaquant capable de marquer plus de quinze buts, comme Lukasz Teodorczyk (22, saison 2016-2017), Aleksandar Mitrovic (20 en 2014-2015) ou Dieumerci Mbokani (19 en 2012-2013) est un travail de longue haleine. Roofe, annoncé comme un attaquant style Sergio Agüero, n'est pas un buteur, on ne sait pas quand Landry Dimata va effectuer son come-back et Joveljic, le nouveau, repartira cet été. Colassin, alors ? " Je ne connais pas la hiérarchie en attaque ", spécifie l'avant de 18 ans. " Ce n'est pas à moi d'en décider. Je verrai bien ce qui se passera. Je dois jouer en toute décontraction chaque fois que je reçois ma chance. Je n'ai pas été formé en attaque mais si on peut recycler des attaquants en défenseurs, on doit pouvoir changer des milieux en attaquants. Je commence à me sentir dans la peau d'un véritable numéro neuf mais je dois encore perfectionner mon jeu pour être un killer devant le but. " Contre Mouscron, Vercauteren a bien fait comprendre que nul ne devait s'attendre à des cadeaux. Pjaca a pu s'échauffer après la pause mais ensuite, on a attendu en vain que le quatrième arbitre lève le panneau marqué du numéro vingt. Pour Vercauteren, le contexte ne se prêtait pas à la présentation du Croate. " Ce n'est pas parce que Pjaca est nouveau qu'il doit jouer. Un entraîneur doit prendre des décisions et j'ai estimé qu'il fallait le ménager. "