Actuellement, certains clubs sont contraints de jouer à huis clos et d'autres peuvent accueillir entre 500 et 750 supporters. "C'est complètement disproportionné pour le sport et la culture", a souligné Eckhard Sauren, le vice-président de Cologne, sur le site The Pioneer. "Nous avons rapidement mis en place les règles 2G (qui autorisent l'accès au stade aux personnes vaccinées ou qui ont récupéré du coronavirus). Maintenant, nous perdons 1,7 millions d'euros lors de chaque match avec 750 spectateurs à cause de cette politique symbolique. 750 personnes dans un stade de 50.000 places n'a rien à voir avec une protection contre une contamination" Un avis partagé par Thomas Hitzlsperger, le directeur sportif de Stuttgart. "Tous les chiffres montrent que les stades où les règles 2G sont d'application ne sont pas de grands foyers de contamination", a-t-il déclaré. "Nos supporters nous manquent. Le business du football professionnel ne peut pas fonctionner sur le long terme sans spectateur." (Belga)

Actuellement, certains clubs sont contraints de jouer à huis clos et d'autres peuvent accueillir entre 500 et 750 supporters. "C'est complètement disproportionné pour le sport et la culture", a souligné Eckhard Sauren, le vice-président de Cologne, sur le site The Pioneer. "Nous avons rapidement mis en place les règles 2G (qui autorisent l'accès au stade aux personnes vaccinées ou qui ont récupéré du coronavirus). Maintenant, nous perdons 1,7 millions d'euros lors de chaque match avec 750 spectateurs à cause de cette politique symbolique. 750 personnes dans un stade de 50.000 places n'a rien à voir avec une protection contre une contamination" Un avis partagé par Thomas Hitzlsperger, le directeur sportif de Stuttgart. "Tous les chiffres montrent que les stades où les règles 2G sont d'application ne sont pas de grands foyers de contamination", a-t-il déclaré. "Nos supporters nous manquent. Le business du football professionnel ne peut pas fonctionner sur le long terme sans spectateur." (Belga)