Il aura fallu attendre le match N.7, après six victoires à l'extérieur, pour que l'avantage du parquet serve à quelque chose dans cette folle série. Au Staples Center, Los Angeles s'est finalement montré plus solide en s'imposant (126-111) et Dallas n'a pu prendre sa revanche tant espérée, après l'élimination au même stade la saison passée. Impeccable, Kawhi Leonard (28 pts, à 10/15 aux tirs, 10 rbds, 9 passes, 4 interceptions) a été prépondérant à ce succès. Il a été bien aidé par Paul George (22 pts, 10 passes) L'adresse extérieure des Californiens (20/43 à trois points) aura fait la différence, par rapport à celle de Dallas, déficiente (10/36). Et ce malgré Luka Doncic, encore exceptionnel avec 46 points et 14 passes réussies. Le prodige slovène de 22 ans n'a simplement pas eu le soutien nécessaire de ses artilleurs habituels, Kristaps Porzingis (16 pts) et Tim Hardaway Jr (11 pts) qui ont cumulé un affreux 1/14 derrière l'arc. Menant de 26 points en première période, Atlanta a eu très chaud au dernier quart-temps quand les Sixers se sont rapprochés à deux unités, à dix secondes du terme. Mais Trae Young (35 pts) et les siens ont tenu bon (128-124) pour mener une victoire à zéro. Philly a remonté son retard lors d'un 4e quart-temps (41-29) d'une grande intensité. Un come-back trop tardif, initié par Joel Embiid (39 pts, 9 rbds). Or s'il y a une note positive à retirer de ce revers, c'est l'état de forme rassurant du pivot camerounais, qui n'a pas joué avec le frein à main, malgré une petite déchirure au ménisque droit. (Belga)

Il aura fallu attendre le match N.7, après six victoires à l'extérieur, pour que l'avantage du parquet serve à quelque chose dans cette folle série. Au Staples Center, Los Angeles s'est finalement montré plus solide en s'imposant (126-111) et Dallas n'a pu prendre sa revanche tant espérée, après l'élimination au même stade la saison passée. Impeccable, Kawhi Leonard (28 pts, à 10/15 aux tirs, 10 rbds, 9 passes, 4 interceptions) a été prépondérant à ce succès. Il a été bien aidé par Paul George (22 pts, 10 passes) L'adresse extérieure des Californiens (20/43 à trois points) aura fait la différence, par rapport à celle de Dallas, déficiente (10/36). Et ce malgré Luka Doncic, encore exceptionnel avec 46 points et 14 passes réussies. Le prodige slovène de 22 ans n'a simplement pas eu le soutien nécessaire de ses artilleurs habituels, Kristaps Porzingis (16 pts) et Tim Hardaway Jr (11 pts) qui ont cumulé un affreux 1/14 derrière l'arc. Menant de 26 points en première période, Atlanta a eu très chaud au dernier quart-temps quand les Sixers se sont rapprochés à deux unités, à dix secondes du terme. Mais Trae Young (35 pts) et les siens ont tenu bon (128-124) pour mener une victoire à zéro. Philly a remonté son retard lors d'un 4e quart-temps (41-29) d'une grande intensité. Un come-back trop tardif, initié par Joel Embiid (39 pts, 9 rbds). Or s'il y a une note positive à retirer de ce revers, c'est l'état de forme rassurant du pivot camerounais, qui n'a pas joué avec le frein à main, malgré une petite déchirure au ménisque droit. (Belga)