Premier chantier, les transferts. À quoi ressemblera le Club 2019-2020 ? La campagne en Champions League et les play-offs ont-ils accru l'aura du Club 'Blauw en Zwart' ? Comment cela se traduit-il concrètement depuis l'administration, située au Klokke, en attendant son emménagement à Westkapelle cet automne ?
...

Premier chantier, les transferts. À quoi ressemblera le Club 2019-2020 ? La campagne en Champions League et les play-offs ont-ils accru l'aura du Club 'Blauw en Zwart' ? Comment cela se traduit-il concrètement depuis l'administration, située au Klokke, en attendant son emménagement à Westkapelle cet automne ? En Ligue des Champions, Mechele et Denswil ont été brillants en défense, de même que Vanaken par moments et Wesley tandis que Danjuma s'est distingué contre l'Atlético et qu' Amrabat s'est montré sous son meilleur jour à quelques occasions. C'est la défense qui va subir le plus profond remaniement. Poulain est en fin de contrat et peut s'en aller : il est trop fragile et Clinton Mata, la révélation des PO1, s'est installé à sa place. Decarli a souvent déçu, on n'a pas assez vu Luan Peres, enrôlé comme doublure de Denswil, pour le juger. La direction aurait aimé qu'il joué en automne mais Ivan Leko ne l'a pas trouvé assez bon. L'avenir du Brésilien (24 ans) dépend du nouvel entraîneur et des offres en provenance de son pays natal. Bruges va-t-il monnayer Denswil (26 ans) ? Arrivé gratuitement de l'Ajax en janvier 2015, il a prolongé son contrat jusqu'en juin 2020 et a le choix : reconduire son contrat ou relever un autre défi. S'il s'en va, Bruges devra enrôler un défenseur gaucher. Il possède déjà un droitier : Odilon Kossounou a passé les tests médicaux la semaine passée. Le premier Ivoirien du Club convient à sa philosophie : il est jeune et il s'est déjà acclimaté à l'Europe puisqu'il vient du club suédois d'Hammarby. Dennis a transité par l'Ukraine, Diatta par Sarpsborg, en Norvège. Une grande différence : Diatta et Dennis avaient disputé 22 matches pour leur équipe européenne alors que Kossounou n'a pris part qu'à huit rencontres, dont deux comme titulaire, du championnat suédois, qui n'a repris qu'en avril. L'entrejeu ne va guère changer. Nakamba doit se ressaisir après une saison difficile, Amrabat et Rits se sont parfaitement intégrés, Schrijvers, plus jeune, a été bon en championnat régulier mais a connu des hauts et des bas en Coupe d'Europe et en PO1, tandis que Vormer (31 ans) et Vanaken (27 ans) ont déjà reconduit leur contrat. Le double Footballeur Pro de l'Année est ambitieux et n'est pas opposé à un transfert, mais pas coûte que coûte. Son manager scrute le marché, sans plus. Dans ces conditions, la direction brugeoise se fait fort qu'il restera au Club. L'attaque va muer. Le Club aimerait conserver Wesley une saison de plus. Son football comporte encore une lacune : le sens du but. Si Wesley parvenait à la combler, il émargerait vraiment à l'élite. Le Club demande beaucoup d'argent pour son transfert car son remplaçant coûterait très cher, même si un attaquant au profil comparable est libre : Laurent Depoitre, le chaînon manquant de Gand. L'étoile de Danjuma est montée rapidement mais une blessure l'a pâlie et revenir durant des PO1 intenses n'était pas évident. Il a manifestement besoin d'une pause et doit perfectionner son jeu en attaque. Il surclasse Diatta sur le plan technique et peut casser la baraque l'année prochaine, d'autant qu'il ne manque pas d'assurance. Reste à voir s'il aura la patience nécessaire. Idem pour Diatta, qui aime apprendre et assimile plus vite ses cours que Dennis, moins contrôlable et entêté. Sa forme est capricieuse : excellent au début des play-offs, il a ensuite sombré. Dennis peut plier un match... dans les deux sens, comme on l'a vu dimanche, sur sa perte de balle face à Malinovskyi, qui aurait été fatale sans Horvath. Ceci nous amène aux gardiens. Karlo Letica a été décevant, Ethan Horvath (24 ans) s'est ressaisi et a livré une bonne saison, même s'il n'a pas su effacer tous les doutes. C'est que l'Américain a parfois autant de charisme qu'un chaton. Les onze clean sheets réussis jusqu'à présent sont-ils suffisants ? La direction est-elle trop sévère ? À elle d'en juger. Elle a engagé en Frederic De Boever un adepte de Guy Martens, qui doit améliorer la formation des gardiens. En attendant, le Club va-t-il engager un nouveau portier de plus ( Jean Butez ? Ortwin De Wolf, auquel Leko croyait beaucoup ? ) ou va-t-il continuer à former Horvath ? L'entraîneur constitue le principal dossier. Ou peut-être pas. Le lendemain des PO1, le 20 mai, le Club va discuter avec Ivan Leko, a confirmé Vincent Mannaert samedi dernier. Juste avant le coup d'envoi des PO1, un initié a exprimé le voeu que ce soit une coupe de champagne à la main, pour fêter le deuxième titre d'affilée, avant de prendre gentiment congé. On sera déjà fixé après demain et dimanche. Si le Club a été médiocre en play-offs la saison passée, avec seulement 12 sur 30 et un match crucial au Standard l'avant-dernière journée, il est brillant durant cette édition : avec 19 sur 24, il est toujours en course pour le titre, du moins jusqu'à demain. En tout cas, le Club fait preuve d'assurance et de passion durant ces play-offs. Leko a pris sept points sur douze dans ses duels contre Genk - et Clement -, un match dans le match. Il a été victime de décisions douteuses du VAR dans les deux matches qui lui ont coûté des points, de même qu'en championnat régulier contre Courtrai, le Cercle, Gand... Sans vouloir diminuer le mérite de Genk - Leko porte trop d'estime envers Clement que pour le dénigrer -, Bruges est conscient qu'il s'est tiré lui-même une balle dans le pied dans les petits matches du championnat régulier, surtout à domicile, où son attaque n'a pas été assez percutante - Openda, Diatta, Wesley, Schrijvers et Dennis sont encore très jeunes - mais aussi que le VAR lui a nui à plusieurs reprises. C'est pour ces raisons que le Club pousse au départ de JohanVerbist et soutient le retour de FrankDe Bleeckere au poste de patron des arbitres, en espérant que celui-ci poursuive la professionnalisation du corps arbitral et lui adjoigne quelques talents. Revenons à Leko : restera-t-il s'il est champion ? Non, tout indique que le Club va se séparer de lui. Le Croate est très reconnaissant au Club de la chance qu'il lui a offerte il y a deux ans mais il est aussi fier de ce qu'il a réalisé : le titre, l'excellente campagne en CL et la lutte en cours pour le sacre. De quoi faire oublier les faux-pas en Coupe de Belgique et en Europa League. Leko a largement rendu au Club l'argent perdu par l'échec européen durant sa première année, certes compensé par le départ de Limbombe et de Diaby. Si le transfert de Wesley rapporte une grosse somme au Club, ce sera grâce au travail du staff technique. Le Croate a répété les schémas offensifs si souvent qu'il a craint lui-même que ses joueurs ne jugent ses séances ennuyeuses. Leko estime avoir largement rempli son contrat. Nul ne veut dire ce qui s'est vraiment passé entre le Club et Leko, qui n'a reculé devant aucune décision, aussi dure soit-elle. Vormer, un travailleur modèle, n'a pas compris, en automne, pourquoi il était sur le banc alors que d'autres qui coupaient les angles à l'entraînement étaient titularisés. Leko a pris une décision difficile mais il cherchait à obtenir un rendement optimal. C'était au détriment de son capitaine ? Tant pis. Est-ce là un manque de people management, comme d'aucuns le lui reprochent ? À partir de la trêve hivernale, le Croate a commencé à comprendre qu'il valait mieux aller voir ailleurs. Son successeur se trouvait peut-être dans le dug-out adverse dimanche dernier. Il y a deux ans, le Club Bruges ne jugeait pas Philippe Clement suffisamment mûr pour succéder à Michel Preud'homme, mais il a énormément progressé depuis : après six mois aboutis à Beveren, il a repris Genk, neuvième, a disputé la finale de la coupe et maintenant, après un bon parcours européen, il va peut-être enlever le titre, avec un football attractif. En outre, en tant qu'ancien de la maison, il possède l'ADN du Club... La balle est dans le camp du Waeslandien, qui effectue la navette vers le Limbourg. Genk met tout en oeuvre pour le convaincre de rester. Il est même disposé à muer son contrat à durée indéterminée en un autre à durée déterminée, assorti d'une belle augmentation. Toutefois, le club limbourgeois sait qu'il ne pourra rivaliser avec une offre supérieure. Genk a un atout, la CL, mais deux handicaps : l'aspect financier et l'exode qui le menace. Si Clement choisit le Club, sera-t-il flanqué par Gert Verheyen et Carl Hoefkens, qui viendrait des jeunes, comme la rumeur le dit ? Leko a composé son staff et il est possible qu'il s'en aille avec lui, même si certains entraîneurs possèdent un contrat à durée indéterminée. La semaine dernière, Verheyen a démenti les bruits : " Il n'y a encore rien. " Il a précisé qu'il allait prendre des vacances cyclistes dans le Limbourg, avec des amis, la seconde quinzaine de juin. Pour être libre à la reprise ? Le département des jeunes de Bruges ne tarit pas d'éloges quant à Hoefkens, qui pourrait assurer le lien avec les U21 et les U19, comme Clement jadis. Réponses à partir de lundi, sous le regard attentif d'entraîneurs étrangers. Bientôt aussi, des nouvelles du nouveau sponsor maillot, de l'inauguration du nouveau complexe d'entraînement et du nouveau chef du scouting, car là aussi, il reste des places à pourvoir. Bruges ne manque pas de chantiers. Mais le Club est expert en construction.