Hein Vanhaezebrouck aime placer son empreinte immédiatement. Le Flandrien de 56 ans n'a donc pas hésité un instant à ramener en équipe première Stijn Matthys, le préparateur physique des Espoirs, se rappelant la qualité de leur collaboration durant l'année du titre. Matthys travaille désormais avec Gino Caen, avec lequel l'entraîneur a déjà travaillé, à Courtrai et à Anderlecht. Les Buffalos n'ont pas spécialement de problème de condition physique, mais l'entraîneur a agi en fonction du virus, qui a déjà sévi dans le noyau, et de la fatigue qu'entraîne la rapide succession des matches. Il a épargné Alessio Castro-Montes et Niklas Dorsch, manifestement fatigués, contre Ostende, et a ménagé Elisha Owusu contre le Standard.
...

Hein Vanhaezebrouck aime placer son empreinte immédiatement. Le Flandrien de 56 ans n'a donc pas hésité un instant à ramener en équipe première Stijn Matthys, le préparateur physique des Espoirs, se rappelant la qualité de leur collaboration durant l'année du titre. Matthys travaille désormais avec Gino Caen, avec lequel l'entraîneur a déjà travaillé, à Courtrai et à Anderlecht. Les Buffalos n'ont pas spécialement de problème de condition physique, mais l'entraîneur a agi en fonction du virus, qui a déjà sévi dans le noyau, et de la fatigue qu'entraîne la rapide succession des matches. Il a épargné Alessio Castro-Montes et Niklas Dorsch, manifestement fatigués, contre Ostende, et a ménagé Elisha Owusu contre le Standard. S'il a fait organiser un match amical contre Deinze, c'est surtout pour permettre à Giorgi Chakvetadze d'acquérir du rythme. Le médian géorgien, qui est généralement posté sur le flanc gauche puisque Roman Bezus joue en 10, son poste de prédilection, a eu de graves problèmes au genou et revient de loin. Comme Laurent Depoitre, touché au pied, il doit accroître la concurrence à partir du mois de janvier. Vanhaezebrouck surveille la forme physique - et la VO2-max, son cheval de bataille - de ses troupes, car le dernier match d'Europa League, perdu 4-1 contre une équipe B d'Hoffenheim, a été riche en enseignements concernant l'abattage, les mouvements sans ballon, la motivation et la rage de vaincre de l'équipe. Le coach a utilisé les données fournies par Catapult Sportsmeters pour recadrer les prestations individuelles et collectives devant le noyau au complet, images à l'appui. La victoire 2-1 arrachée contre les Rouches le week-end dernier a remonté le moral des Gantois: c'est la première fois cette saison qu'ils parviennent à refaire un retard. Ce n'est que la septième victoire en 25 matches cette saison. Vanhaezebrouck a également rapidement compris que certains joueurs avaient besoin d'un suivi invididuel. La psychologue du sport Eva Maenhout semble être l'option la plus logique, puisqu'elle a été impliquée dans le fonctionnement quotidien des Buffalos dès la saison 2014-2015, "parce que l'équipe n'était pas dans les temps." Pas plus qu'actuellement, donc. Pour améliorer la communication et la direction verbale sur le terrain, le patron qui sommeille en Vanhaezebrouck a pris en exemple le match contre Hoffenheim, même s'il a aligné beaucoup de remplaçants à Sinsheim. Il a adressé un signal à Michael Ngadeu, qui pratique peu l'autocritique, en lui confiant le brassard, pour l'inciter à prendre ses responsabilités et à se comporter en leader. Dans la Ghelamco Arena vide, le Norvégien Andreas Hanche Olsen et Núrio Fortuna ont manifestement donné de la voix et Sinan Bolat s'est également imposé. Vanhaezebrouck a eu un impact immédiat sur Roman Yaremchuk, fragile mentalement, grâce à son approche offensive et à son charisme. L'Ukrainien a souligné ses ambitions en inscrivant son huitième but, qui a offert la victoire à Gand. Une meilleure place au classement peut lui permettre d'obtenir le transfert lucratif dont il rêve. " Ivan De Witte ne doit pas s'imaginer avoir transféré Harry Potter", a prévenu le consultant Alex Teklak. "Il aura besoin de temps pour traiter les différents maux dont souffre La Gantoise. Mais l'équipe possède un certain potentiel. Simplement, ses successeurs ne l'ont pas suffisamment exploité. Hein cherche un équilibre." Une analyse correcte. Mais Vanhaezebrouck semble surtout être the right man at the right place pour tout analyser avec précision, notamment la qualité du groupe placé à sa disposition. Tim Matthys, le manager sportif, a trouvé deux data analysts relativement inconnus, Samuel Cardenas et Jasper Wouters. Ils vont avoir très vite l'occasion de faire leurs preuves.