Amine Benchaib

Dès la fin de l'année 2017, Amine Benchaib avait éteint Sclessin d'un pétard envoyé au-dessus d'un Guillermo Ochoa impuissant. Cette année-là, il avait été lancé dans le grand bain par le coach Peter Maes à 23 reprises, mais la suite s'est avérée moins glorieuse. Sans raison apparente, il s'est retrouvé hors des grâces de son coach, et n'a pas inspiré beaucoup plus de confiance à ses successeurs, au point d'être totalement délaissé par Glen De Boeck cette saison.

Amine Benchaib finissait par être dégoûté du football. Il était si démotivé qu'il a été invité à expliquer son comportement dans le bureau de son coach. Il y aurait dit qu'il n'avait plus d'envie, faisant savoir à la direction qu'il voulait quitter le club. S'il a terminé la saison à Daknam, le club doit remercier Stijn Vreven. Sous ses ordres, Benchaib refait le coup de l'explosion. Certains de ses coéquipiers racontent que ses cuisses ont pris du volume, lui permettant de bien mieux tenir sur ses jambes.

Les prédécesseurs de Vreven ont vraisemblablement manqué quelque chose. Avec ses qualités techniques, son don pour être toujours disponible pour ses partenaires et sa vista, Benchaib aurait toujours dû faire partie de la sélection waeslandienne. Il est si calme ballon au pied que cela compense son manque d'explosivité, bien qu'il tombe parfois trop facilement dans la facilité.

Avec son partner in crime Giorgi Beridze, il était l'un des rares joueurs à ne pas sembler tourmenté par la crise sportive et financière à Daknam. Leurs buts ont longtemps maintenu l'espoir d'une issue positive. Reste maintenant à Benchaib à prouver qu'il peut faire une grande carrière. Près de trois ans après ses débuts remarqués à Sclessin, il se doit de refaire le grand saut vers la D1.

  • Club: Lokeren
  • Âge: 21 ans
  • Position: meneur de jeu
  • Titularisations: 11
  • Minutes jouées cette saison: 919
  • Buts marqués: 3
Siemen Voet (Roulers), BELGA / David Catry
Siemen Voet (Roulers) © BELGA / David Catry

Siemen Voet

En Flandre, Siemen Voet s'est surtout fait connaître pour sa relation avec la désormais célèbre gymnaste Nina Derwael. Rares étaient ceux qui savaient, notamment qu'il avait passé une bonne partie de sa formation à Bruges. Entre-temps, les attaquants de D1B ont appris à faire sa connaissance.

De mi-novembre à début janvier, Voet et son acolyte Tom Holmes ont formé à Roulers la plus jeune charnière centrale du pays. Au Schiervelde, seuls Wouter Biebauw et Nicolas Rommens ont obtenu plus de temps de jeu que Siemen. Loin d'être anodin, quand on sait qu'il n'a rejoint ses nouvelles couleurs qu'à une semaine de la fin du mercato estival. En faisant immédiatement impression. Moins de 24 heures après avoir signé son prêt, il était déjà dans le onze de base pour affronter Seraing en Coupe. Il n'est plus jamais sorti de l'équipe.

Siemen Voet se distingue par sa relance, et son jeu long capable de casser une ou plusieurs lignes. Défensivement, son placement et son sens de l'anticipation ont aussi été remarqués. Plus jeune, il paraissait parfois en difficulté quand il était mis sous pression, mais son expérience roularienne semble l'avoir fait grandir. Assidu, il demande à recevoir les images de ses prestations immédiatement après les matches, et réclame souvent de recevoir des analyses. Cette saison, il a même fait parler son pied droit, pourtant le moins bon, pour faire trembler les filets contre Lokeren.

À Bruges, où son contrat a été prolongé de deux ans en juin dernier, une place dans le onze ne semble pas encore d'actualité. Par rapport à Simon Deli ou Brandon Mechele, Voet manque encore d'heures de vol. Dans les prochains mois, il ne serait donc pas étonnant de le voir repartir pour un prêt. En D1A, cette fois.

  • Club: Roulers
  • Âge: 20 ans
  • Position: défenseur central
  • Titularisations: 24
  • Minutes jouées cette saison: 2160
  • Buts marqués: 2
Dès la fin de l'année 2017, Amine Benchaib avait éteint Sclessin d'un pétard envoyé au-dessus d'un Guillermo Ochoa impuissant. Cette année-là, il avait été lancé dans le grand bain par le coach Peter Maes à 23 reprises, mais la suite s'est avérée moins glorieuse. Sans raison apparente, il s'est retrouvé hors des grâces de son coach, et n'a pas inspiré beaucoup plus de confiance à ses successeurs, au point d'être totalement délaissé par Glen De Boeck cette saison.Amine Benchaib finissait par être dégoûté du football. Il était si démotivé qu'il a été invité à expliquer son comportement dans le bureau de son coach. Il y aurait dit qu'il n'avait plus d'envie, faisant savoir à la direction qu'il voulait quitter le club. S'il a terminé la saison à Daknam, le club doit remercier Stijn Vreven. Sous ses ordres, Benchaib refait le coup de l'explosion. Certains de ses coéquipiers racontent que ses cuisses ont pris du volume, lui permettant de bien mieux tenir sur ses jambes.Les prédécesseurs de Vreven ont vraisemblablement manqué quelque chose. Avec ses qualités techniques, son don pour être toujours disponible pour ses partenaires et sa vista, Benchaib aurait toujours dû faire partie de la sélection waeslandienne. Il est si calme ballon au pied que cela compense son manque d'explosivité, bien qu'il tombe parfois trop facilement dans la facilité.Avec son partner in crime Giorgi Beridze, il était l'un des rares joueurs à ne pas sembler tourmenté par la crise sportive et financière à Daknam. Leurs buts ont longtemps maintenu l'espoir d'une issue positive. Reste maintenant à Benchaib à prouver qu'il peut faire une grande carrière. Près de trois ans après ses débuts remarqués à Sclessin, il se doit de refaire le grand saut vers la D1.En Flandre, Siemen Voet s'est surtout fait connaître pour sa relation avec la désormais célèbre gymnaste Nina Derwael. Rares étaient ceux qui savaient, notamment qu'il avait passé une bonne partie de sa formation à Bruges. Entre-temps, les attaquants de D1B ont appris à faire sa connaissance.De mi-novembre à début janvier, Voet et son acolyte Tom Holmes ont formé à Roulers la plus jeune charnière centrale du pays. Au Schiervelde, seuls Wouter Biebauw et Nicolas Rommens ont obtenu plus de temps de jeu que Siemen. Loin d'être anodin, quand on sait qu'il n'a rejoint ses nouvelles couleurs qu'à une semaine de la fin du mercato estival. En faisant immédiatement impression. Moins de 24 heures après avoir signé son prêt, il était déjà dans le onze de base pour affronter Seraing en Coupe. Il n'est plus jamais sorti de l'équipe.Siemen Voet se distingue par sa relance, et son jeu long capable de casser une ou plusieurs lignes. Défensivement, son placement et son sens de l'anticipation ont aussi été remarqués. Plus jeune, il paraissait parfois en difficulté quand il était mis sous pression, mais son expérience roularienne semble l'avoir fait grandir. Assidu, il demande à recevoir les images de ses prestations immédiatement après les matches, et réclame souvent de recevoir des analyses. Cette saison, il a même fait parler son pied droit, pourtant le moins bon, pour faire trembler les filets contre Lokeren.À Bruges, où son contrat a été prolongé de deux ans en juin dernier, une place dans le onze ne semble pas encore d'actualité. Par rapport à Simon Deli ou Brandon Mechele, Voet manque encore d'heures de vol. Dans les prochains mois, il ne serait donc pas étonnant de le voir repartir pour un prêt. En D1A, cette fois.