Avec ce premier duel contre les Russes, l'on est en effet de suite rentré dans le feu de l'action de ce championnat d'Europe. Bousculées par la Russie et Maria Vadeeva (11 de ses 20 points en première période) en début de partie, les Belgian Cats devaient rapidement trouver une solution. Ce que les filles de Philip Mestdagh ont fait avec beaucoup de maturité s'appuyant sur leur expérience d'une médaille de bronze européenne il y a deux ans et d'une 4e place en Coupe du Monde l'an dernier. Emma Meesseman aura d'emblée brillé, elle qui évolue à Ekaterinburg en Russie. Avec d'abord 13 points en moins de onze minutes pour elle dans le premier quart d'heure, puis avec 20 points à la pause, l'intérieure flandrienne était partout. D'un précieux soutien pour ses coéquipières aussi qui se libéraient au fil des minutes à l'image d'Antonia Delaere et Kim Mestdagh. De -5 à l'entame du deuxième quart (21-16) à +7 (27-34) six minutes plus tard, la donne avait basculé. La bataille faisait déjà rage, c'était 32-36 (18e) puis 32-40 à l'issue de la première période grâce à une volontaire de Logunova (ex-Braine) à 13 secondes du terme parfaitement mise à profit par les Belges avec deux lancers de Meesseman et un panier de Delaere, servie par Julie Allemand auteur de quatre assists (sur ses 6 au total, pour 7 rebonds) et cible, aussi logiquement, de toutes les attentions russes. Ann Wauters (5 pts, 5 rebonds) avait en outre totalement rassuré. L'intérieure flandrienne, 38 ans, avait presque même retrouvé ses jambes de 20 ans. La Belgique avait évité son traditionnel passage à vide dans les matches de préparation et la confiance était, déjà, montée d'un cran. Julie Allemand plantait ainsi à trois points (34-43) attisant la colère d'Olaf Lange, le coach de la Russie. Le gros danger se nommait effectivement Vadeeva côté russe qui ramenait à elle seule à 39-43. La tendance se maintenait jusqu'à la demi-heure avec un passage à 47-53 (+6) à l'issue du 3e quart. C'est la Russie qui devait courir après le score (50-58, 34e) mais qui restait très menaçante. Les deux équipes ne marqueront plus pendant trois longues minutes, tout profit pour la Belgique qui maintenait son écart pour valider un premier succès, très important et très convaincant déjà face à une nation citée aussi parmi les outsiders de cet Euro. L'autre match de la soirée oppose la Serbie, co-organisatrice de l'évènement avec la Lettonie, à la Biélorussie. Les Belgian Cats visent un top 6 pour assurer une participation aux qualifications pré-olympiques pour Tokyo 2020, voire plus si affinités. De nombreux observateurs placent les filles de Philip Mestdagh parmi les candidates au podium. Dans la poule, D, de la Belgique figure donc aussi la Biélorussie que les Belgian Cats rencontreront vendredi à 17h45 et la Serbie dimanche à 20h30. Le premier du groupe est directement qualifié pour les quarts de finale, le 2e et le 3e croisent avec le 3e et le 2e du groupe C (Slovénie, Turquie, Italie, Hongrie) dans un barrage pour rejoindre ce top 8. Le dernier de la poule rentre à la maison. (Belga)