Sport/Foot Magazine: Comment expliques-tu l'amas de talents en Belgique ?

Pelé Mboyo: Les Belges sont très forts. Et je n'ai pas peur de dire qu'en Europe, ce sont les meilleurs. Ici, il y a du talent pur. Tu vois les Français, ce sont des joueurs formatés, ce sont des robots. Julien Gorius me disait que quand il recevait le ballon, il devait le diriger dans telle direction. Alors que quelqu'un comme Dries Mertens a la formation et l'instinct. Même chose pour De Bruyne, Hazard, Mirallas. Benzema est trop construit par exemple. Quand tu vois un défenseur comme Vincent (Kompany), et même s'il fait encore parfois une bourde, aucun autre défenseur au monde ne joue comme lui balle au pied. Les Belges gardent un complexe qu'il faut arriver à enlever. Origi pour moi, c'est un futur Ronaldo, le gros hein. Dans cinq ans, il sera un des meilleurs au monde. Ce qu'il fait à son âge, c'est fantastique. Il m'a enjaillé pendant toute la Coupe du Monde ! Il aurait été un joueur français, italien, tout le monde se serait emballé. Mais comme il est belge, on garde une certaine retenue.

Origi a pourtant été formé en France ?

Non, ses gestes, ses passements de jambe, les semelles, cette créativité, ça vient de Belgique. Parfois quand je vais voir les jeunes de Genk, ce ne sont pas des lol, je suis choqué (!), je me dis que je dois bientôt arrêter (il rit). C'est très fort. Et je regrette de ne pas avoir eu cette formation. Quand je vois les petits, ils font que dribbler alors qu'à mon époque on nous traitait de clown quand on tentait un drible.

Quels autres joueurs peut-on attendre pour renforcer les Diables ? Polo (Mpoku), c'est un futur grand. Geoffrey Mujangi-Bia aussi ; le seul joueur qui peut jouer à 40 %, sans faire de sprint, et qui te marque trois buts dans un match, tu en connais d'autres... ?

Retrouvez l'intégralité de cette interview dans Sport/Foot Magazine.

Sport/Foot Magazine: Comment expliques-tu l'amas de talents en Belgique ? Pelé Mboyo: Les Belges sont très forts. Et je n'ai pas peur de dire qu'en Europe, ce sont les meilleurs. Ici, il y a du talent pur. Tu vois les Français, ce sont des joueurs formatés, ce sont des robots. Julien Gorius me disait que quand il recevait le ballon, il devait le diriger dans telle direction. Alors que quelqu'un comme Dries Mertens a la formation et l'instinct. Même chose pour De Bruyne, Hazard, Mirallas. Benzema est trop construit par exemple. Quand tu vois un défenseur comme Vincent (Kompany), et même s'il fait encore parfois une bourde, aucun autre défenseur au monde ne joue comme lui balle au pied. Les Belges gardent un complexe qu'il faut arriver à enlever. Origi pour moi, c'est un futur Ronaldo, le gros hein. Dans cinq ans, il sera un des meilleurs au monde. Ce qu'il fait à son âge, c'est fantastique. Il m'a enjaillé pendant toute la Coupe du Monde ! Il aurait été un joueur français, italien, tout le monde se serait emballé. Mais comme il est belge, on garde une certaine retenue. Origi a pourtant été formé en France ? Non, ses gestes, ses passements de jambe, les semelles, cette créativité, ça vient de Belgique. Parfois quand je vais voir les jeunes de Genk, ce ne sont pas des lol, je suis choqué (!), je me dis que je dois bientôt arrêter (il rit). C'est très fort. Et je regrette de ne pas avoir eu cette formation. Quand je vois les petits, ils font que dribbler alors qu'à mon époque on nous traitait de clown quand on tentait un drible. Quels autres joueurs peut-on attendre pour renforcer les Diables ? Polo (Mpoku), c'est un futur grand. Geoffrey Mujangi-Bia aussi ; le seul joueur qui peut jouer à 40 %, sans faire de sprint, et qui te marque trois buts dans un match, tu en connais d'autres... ? Retrouvez l'intégralité de cette interview dans Sport/Foot Magazine.