Une fois seulement, un joueur belge n'ayant jamais été international a remporté le Soulier d'Or. "J'ai assisté à des séances d'entraînement avec les Diables rouges, mais lorsque la sélection était publiée, le sélectionneur Constant Vanden Stock choisissait systématiquement des hommes du Standard et d'Anderlecht. Ou Rik Coppens, qui jouait à ma place", raconte Lucien Olieslagers, lauréat lors de l'édition 1959, à l'âge de 22 ans.

Il se souvient vaguement de la fête de remise, avec un dîner dans une chambre d'hôtel au bord de la mer. L'un des quatre meilleurs moments de sa carrière, dit-il, avec le titre avec le Lierse en 1960 et la Coupe en 1969, sans oublier son match d'adieu sous les couleurs du club anversois. "Ces trois moments comptent évidemment beaucoup, mais ce Soulier d'Or est un prix rien que pour vous, alors qu'il faut partager le reste avec l'équipe."

Lucien Olieslagers, qui ne s'est affilié dans un club de foot (Vorselaar) qu'à l'âge de dix-sept ans, était un avant-centre qui pouvait aussi évoluer en tant que milieu de terrain et possédait une bonne vision du jeu. Un joueur de premier plan, à l'époque, "mais Lierse n'était alors qu'une petite équipe, hein." S'il fallait le comparer à un joueur d'aujourd'hui, on pourrait citer Hans Vanaken. En ce qui le concerne, un Brugeois peut espérer recevoir le trophée cette année : "Parce que mon ami Jan Ceulemans a fait du Club Bruges mon deuxième club, après le Lierse."

Avec ses qualités, Olieslagers aurait pu rejoindre un club plus prestigieux, mais Lucien était beaucoup trop bon, un gars terre-à-terre, qui ne se défendait pas assez. Quand on lui demande de décrire joueur qu'il était, il soupire : "Je n'ai jamais joué pour moi, mais toujours pour l'équipe." Son élection en 1959 n'a pas été une surprise (le Lierse allait remporter le titre cette saison). Au classement, il a devancé le gardien gantois Mance Segers, Rik Coppens (Beerschot) et Martin Lippens (Anderlecht).

L'année précédente, Roland Storme, de La Gantoise, avait remporté le gros lot, avant que Paul Van Himst ne triomphe en 1960. C'était la deuxième fois qu'un joueur de Lierse remportait le trophée, après Fons Van Brandt en 1955. Erwin Vandenbergh (en 1981) est quant à lui le dernier Lierrois à s'être chaussé d'or à ce jour.

Une fois seulement, un joueur belge n'ayant jamais été international a remporté le Soulier d'Or. "J'ai assisté à des séances d'entraînement avec les Diables rouges, mais lorsque la sélection était publiée, le sélectionneur Constant Vanden Stock choisissait systématiquement des hommes du Standard et d'Anderlecht. Ou Rik Coppens, qui jouait à ma place", raconte Lucien Olieslagers, lauréat lors de l'édition 1959, à l'âge de 22 ans.Il se souvient vaguement de la fête de remise, avec un dîner dans une chambre d'hôtel au bord de la mer. L'un des quatre meilleurs moments de sa carrière, dit-il, avec le titre avec le Lierse en 1960 et la Coupe en 1969, sans oublier son match d'adieu sous les couleurs du club anversois. "Ces trois moments comptent évidemment beaucoup, mais ce Soulier d'Or est un prix rien que pour vous, alors qu'il faut partager le reste avec l'équipe." Lucien Olieslagers, qui ne s'est affilié dans un club de foot (Vorselaar) qu'à l'âge de dix-sept ans, était un avant-centre qui pouvait aussi évoluer en tant que milieu de terrain et possédait une bonne vision du jeu. Un joueur de premier plan, à l'époque, "mais Lierse n'était alors qu'une petite équipe, hein." S'il fallait le comparer à un joueur d'aujourd'hui, on pourrait citer Hans Vanaken. En ce qui le concerne, un Brugeois peut espérer recevoir le trophée cette année : "Parce que mon ami Jan Ceulemans a fait du Club Bruges mon deuxième club, après le Lierse."Avec ses qualités, Olieslagers aurait pu rejoindre un club plus prestigieux, mais Lucien était beaucoup trop bon, un gars terre-à-terre, qui ne se défendait pas assez. Quand on lui demande de décrire joueur qu'il était, il soupire : "Je n'ai jamais joué pour moi, mais toujours pour l'équipe." Son élection en 1959 n'a pas été une surprise (le Lierse allait remporter le titre cette saison). Au classement, il a devancé le gardien gantois Mance Segers, Rik Coppens (Beerschot) et Martin Lippens (Anderlecht). L'année précédente, Roland Storme, de La Gantoise, avait remporté le gros lot, avant que Paul Van Himst ne triomphe en 1960. C'était la deuxième fois qu'un joueur de Lierse remportait le trophée, après Fons Van Brandt en 1955. Erwin Vandenbergh (en 1981) est quant à lui le dernier Lierrois à s'être chaussé d'or à ce jour.