La fédération sud-coréenne a annoncé la sanction mardi, peut-on lire sur le site du Korea Herald. La fédération a recueilli suffisamment de témoignages pour conclure que Lee avait agressé des équipiers plus jeunes à plusieurs reprises, à l'hôtel de la sélection et au restaurant, durant des compétitions internationales en 2011, 2013 et 2016. Lee, qui nie les faits, peut encore aller en appel devant le comité olympique coréen. Lee avait été sacré en février 2018, à Pyeongchang, champion olympique du départ groupé devant Bart Swings. Il avait déjà décroché l'or sur 10.000 mètres en 2010. Son palmarès comprend également trois médailles d'argent (5.000m en 2010, poursuite par équipes en 2014 et 2018). (Belga)