L'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de l'année, est prévu du 18 au 21 janvier, mais les dates précises "doivent encore être finalisées", a expliqué Daniel Andrews à Seven News qui promet une annonce "bientôt". "Il y a une certain nombre de dates potentielles sur la table. On parle d'un décalage d'une à deux semaines. Je pense que c'est le plus probable", a précisé de son côté le ministre des sports de l'Etat de Victoria, Martin Pakula à l'agence de presse australienne (AAP). L'Etat de Victoria, et Melbourne, où se déroule l'Open d'Australie, est au centre de la seconde vague de coronavirus contraignant les autorités à appliquer un confinement et à prendre des mesures contraignantes depuis octobre dernier. En dépit des pressions internationales, la quarantaine sera de mise, a insisté Daniel Andrews. "Le reste du monde est en feu et il y aura une quarantaine pour tous ceux qui viendront dans notre ville ou notre Etat. Il n'y a pas d'autres alternatives. Aussi important que soit le tournoi, nous n'allons pas jouer avec le coronavirus." L'Allemand Alexander Zverev avait fait remarquer le mois dernier que si les joueurs ne pouvaient s'entraîner quatorze jours avant le début de l'épreuve, l'Open d'Australie serait "une loterie" et que cela s'apparenterait à un "pile ou face" pour désigner le vainqueur. (Belga)

L'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de l'année, est prévu du 18 au 21 janvier, mais les dates précises "doivent encore être finalisées", a expliqué Daniel Andrews à Seven News qui promet une annonce "bientôt". "Il y a une certain nombre de dates potentielles sur la table. On parle d'un décalage d'une à deux semaines. Je pense que c'est le plus probable", a précisé de son côté le ministre des sports de l'Etat de Victoria, Martin Pakula à l'agence de presse australienne (AAP). L'Etat de Victoria, et Melbourne, où se déroule l'Open d'Australie, est au centre de la seconde vague de coronavirus contraignant les autorités à appliquer un confinement et à prendre des mesures contraignantes depuis octobre dernier. En dépit des pressions internationales, la quarantaine sera de mise, a insisté Daniel Andrews. "Le reste du monde est en feu et il y aura une quarantaine pour tous ceux qui viendront dans notre ville ou notre Etat. Il n'y a pas d'autres alternatives. Aussi important que soit le tournoi, nous n'allons pas jouer avec le coronavirus." L'Allemand Alexander Zverev avait fait remarquer le mois dernier que si les joueurs ne pouvaient s'entraîner quatorze jours avant le début de l'épreuve, l'Open d'Australie serait "une loterie" et que cela s'apparenterait à un "pile ou face" pour désigner le vainqueur. (Belga)