"Il y a encore un tournoi ici la semaine prochaine (NDLR : le Phillip Island Trophy, pour les joueuses éliminées prématurément à l'Open d'Australie), mais je ne sais pas si je vais y participer", a-t-elle expliqué." Cela dépend de la manière dont je me sens. J'ai quelques douleurs à la jambe gauche. Il faudra voir". Alison Van Uytvanck s'est également confiée sur ses objectifs pour l'année 2021. Et ils sont assez simples. "Faire mieux que l'année dernière", a-t-elle souri. "Oui, cela signifie retrouver une place dans le Top 50". Et les Jeux Olympiques, à Tokyo du 23 juillet au 8 août, figurent aussi sur sa liste de souhaits. "J'aimerais y participer au moins une fois", a-t-elle glissé. "Maintenant, tout dépendra de pandémie du Covid-19. Je pense qu'ils finiront par avoir lieu, mais mieux vaut ne pas établir trop de plans. En outre, je crains que les conditions soient hyper strictes. Les Jeux, pour moi, c'est aussi une communion entre athlètes. J'adore l'athlétisme et la gym. Des gens comme Usain Bolt, Simone Biles sont pour moi les vraies stars. Et si on ne peut pas assister à d'autres compétitions, cela risque de ne pas avoir le même charme". (Belga)

"Il y a encore un tournoi ici la semaine prochaine (NDLR : le Phillip Island Trophy, pour les joueuses éliminées prématurément à l'Open d'Australie), mais je ne sais pas si je vais y participer", a-t-elle expliqué." Cela dépend de la manière dont je me sens. J'ai quelques douleurs à la jambe gauche. Il faudra voir". Alison Van Uytvanck s'est également confiée sur ses objectifs pour l'année 2021. Et ils sont assez simples. "Faire mieux que l'année dernière", a-t-elle souri. "Oui, cela signifie retrouver une place dans le Top 50". Et les Jeux Olympiques, à Tokyo du 23 juillet au 8 août, figurent aussi sur sa liste de souhaits. "J'aimerais y participer au moins une fois", a-t-elle glissé. "Maintenant, tout dépendra de pandémie du Covid-19. Je pense qu'ils finiront par avoir lieu, mais mieux vaut ne pas établir trop de plans. En outre, je crains que les conditions soient hyper strictes. Les Jeux, pour moi, c'est aussi une communion entre athlètes. J'adore l'athlétisme et la gym. Des gens comme Usain Bolt, Simone Biles sont pour moi les vraies stars. Et si on ne peut pas assister à d'autres compétitions, cela risque de ne pas avoir le même charme". (Belga)