"A la suite de la crise du Covid-19, il en ressort un chiffre d'affaires en nette baisse à 23,6 millions euros par rapport au 31,6 millions euros de l'exercice précédent, dont l'une des principales raisons est la fin prématurée du championnat", a expliqué le Standard, qui a déposé vendredi à la Banque Nationale de Belgique les résultats financiers de son dernier exercice. "Les ventes de Marin et Djenepo ont contribué à une nette progression des produits non récurrents qui sont passés de 11 millions d'euros à 40 millions d'euros et ce, malgré le renforcement du noyau qui a pu en découler (Avenatti, Amallah, Vojvoda, Oularé, Gavory, Vanheusden, entre autres)", a ajouté le club liégeois, qui souligne que la masse salariale est "restée relativement stable passant de 35 à 38 millions euros". "Le bénéfice d'exploitation est ressorti en nette hausse passant de -8,6 millions euros à plus de 2,7 millions euros. Le résultat avant impôt est passé lui d'une perte de 9,9 millions euros à un bénéfice de 200.000 euros. Il est à préciser que sans la crise du Covid-19, le club avait budgété un bénéfice de plusieurs millions d'euros", peut-on encore lire dans le communiqué. Pour le prochain exercice, le Standard de Liège indique s'attendre également à des chiffres à l'équilibre, en dépit de la poursuite de la crise sanitaire. (Belga)

"A la suite de la crise du Covid-19, il en ressort un chiffre d'affaires en nette baisse à 23,6 millions euros par rapport au 31,6 millions euros de l'exercice précédent, dont l'une des principales raisons est la fin prématurée du championnat", a expliqué le Standard, qui a déposé vendredi à la Banque Nationale de Belgique les résultats financiers de son dernier exercice. "Les ventes de Marin et Djenepo ont contribué à une nette progression des produits non récurrents qui sont passés de 11 millions d'euros à 40 millions d'euros et ce, malgré le renforcement du noyau qui a pu en découler (Avenatti, Amallah, Vojvoda, Oularé, Gavory, Vanheusden, entre autres)", a ajouté le club liégeois, qui souligne que la masse salariale est "restée relativement stable passant de 35 à 38 millions euros". "Le bénéfice d'exploitation est ressorti en nette hausse passant de -8,6 millions euros à plus de 2,7 millions euros. Le résultat avant impôt est passé lui d'une perte de 9,9 millions euros à un bénéfice de 200.000 euros. Il est à préciser que sans la crise du Covid-19, le club avait budgété un bénéfice de plusieurs millions d'euros", peut-on encore lire dans le communiqué. Pour le prochain exercice, le Standard de Liège indique s'attendre également à des chiffres à l'équilibre, en dépit de la poursuite de la crise sanitaire. (Belga)