Le week-end dernier lors de la réception de Saint-Trond, Zinho Vanheusden avait donné un coup de karaté à Alexandre De Bruyn. Avec la jambe tendue et les crampons vers l'avant, Vanheusden avait touché le médian trudonnaire à hauteur de la cuisse. L'arbitre Geldhof avait d'abord donné un carton jaune avant de lui donner une carte rouge après l'intervention du VAR.

Une faute qui lui avait valu cinq journées de suspension dont une avec sursis et une amende de 4.500 euros à la suite d'une décision de la Commission des Litiges mardi. "Il n'y a pas de circonstance atténuante. Un tel tacle avec une telle intensité doit être sévèrement puni. Vanheusden arrive en retard et touche son adversaire avec la jambe tendue et les crampons en avant au niveau de la cuisse. Il n'a peut-être pas voulu le blesser mais il a mis De Bruyn en danger. Les conséquences auraient pu être plus graves", peut-on lire dans le verdict.

Les Rouches ont décidé d'aller en appel et passeront vendredi devant la Commission des litiges d'appel. Le Parquet fédéral avait d'abord exigé une suspension de trois journées, mais après le refus du Standard, le procureur a augmenté sa sanction à quatre journées effectives de suspension.

Le week-end dernier lors de la réception de Saint-Trond, Zinho Vanheusden avait donné un coup de karaté à Alexandre De Bruyn. Avec la jambe tendue et les crampons vers l'avant, Vanheusden avait touché le médian trudonnaire à hauteur de la cuisse. L'arbitre Geldhof avait d'abord donné un carton jaune avant de lui donner une carte rouge après l'intervention du VAR. Une faute qui lui avait valu cinq journées de suspension dont une avec sursis et une amende de 4.500 euros à la suite d'une décision de la Commission des Litiges mardi. "Il n'y a pas de circonstance atténuante. Un tel tacle avec une telle intensité doit être sévèrement puni. Vanheusden arrive en retard et touche son adversaire avec la jambe tendue et les crampons en avant au niveau de la cuisse. Il n'a peut-être pas voulu le blesser mais il a mis De Bruyn en danger. Les conséquences auraient pu être plus graves", peut-on lire dans le verdict. Les Rouches ont décidé d'aller en appel et passeront vendredi devant la Commission des litiges d'appel. Le Parquet fédéral avait d'abord exigé une suspension de trois journées, mais après le refus du Standard, le procureur a augmenté sa sanction à quatre journées effectives de suspension.