A quelques heures de la rencontre Bosnie-Belgique, Manuel Jous, envoyé spécial de la RTBF sur place, fait remarquer la présence de nombreux supporters fanatiques de la sélection nationale, un phénomène qui s'explique par l'histoire complexe de la Bosnie, pays marqué par la guerre et les conflits ethniques.

"Le groupe principal s'appelle les Fanaticos et c'est un groupe d'ultras qui est spécifiquement dédié à la sélection nationale qu'on ne retrouve peu ou pas ailleurs en Europe. Cela s'explique notamment par le fait que beaucoup d'entre eux viennent de la diaspora. Soutenir la Bosnie, c'est une façon de rester attaché à leur pays d'origine, Cela va de même pour les joueurs, qui sont pour la plupart issus de la diaspora.", explique Loïc Trégourès, politologue et spécialiste de l'ex-Yougoslavie au micro de la RTBF. Le politologue rajoute qu'il y a une forte majorité de Bosniaques, c'est-à-dire de Musulmans parmi les supporters, mais aussi des Croates et des Serbes, certes minoritaires, qui soutiennent la Bosnie.

Jouer à Zenica, en lieu et place du stade olympique beaucoup plus froid de Sarajevo, est donc très symbolique pour l'équipe de Bosnie. Pendant la Coupe du Monde, Sarajevo n'a en effet pas vibré de la même manière selon les quartiers de la ville. Il y avait de la ferveur du côté bosniaque et de l'indifférence du côté serbe ou croate, avance aussi le journaliste de la RTBF. Dans ce contexte nationaliste, les Diables Rouges vont certainement ressentir une forte pression lors de cette rencontre en présence de supporters ultras qui vont faire surchauffer leur stade.