"Si j'avais renoncé, ce que d'autres aurait peut-être déjà fait depuis longtemps, alors nous n'irions pas devant la CBAS", a expliqué Louis de Vries. "J'espère encore une conclusion positive à toute l'affaire dans laquelle mon club est impliqué. Nous travaillons dur pour cela. Toujours." Plusieurs pistes ont été envisagées pour que son club soit à nouveau en bonne santé financière, mais un accord n'a pas encore été trouvé. "Nous allons devant la CBAS car nous sommes encore occupés à trouver une solution. Je suis actuellement en pourparlers avec des personnes de l'étranger. Je ne peux rien dire de plus à ce sujet. La discrétion est un problème dans de tels cas, je ne peux donc pas dire de qui ou de quoi il s'agit. Je travaille toujours au sauvetage de mon club", poursuit Louis de Vries. Avec les mesures concernant le coronavirus, le Sporting Lokeren a gagné un peu de temps. Entre-temps, deux administrateurs provisoires, Kris Goeman et Juul Creytens, ont été nommés par le tribunal des entreprises de Termonde et la date à laquelle le club portant le matricule 282 serait éventuellement déclaré en faillite a été reportée du 23 mars au 20 avril. "C'est en partie à cause du coronavirus que nous avons eu des problèmes", poursuit De Vries. "Les transactions avec la Chine ont été complètement interrompues après janvier et donc aussi celles avec notre partenaire dans ce pays. Nous continuons à travailler à l'avenir du Sporting Lokeren. Je ne pense certainement pas à arrêter. Je reste constructif", a conclu Louis de Vries. Si le Sporting Lokeren ne reçoit pas de licence, le double vainqueur de la coupe pourrait descendre en deuxième division amateurs. (Belga)

"Si j'avais renoncé, ce que d'autres aurait peut-être déjà fait depuis longtemps, alors nous n'irions pas devant la CBAS", a expliqué Louis de Vries. "J'espère encore une conclusion positive à toute l'affaire dans laquelle mon club est impliqué. Nous travaillons dur pour cela. Toujours." Plusieurs pistes ont été envisagées pour que son club soit à nouveau en bonne santé financière, mais un accord n'a pas encore été trouvé. "Nous allons devant la CBAS car nous sommes encore occupés à trouver une solution. Je suis actuellement en pourparlers avec des personnes de l'étranger. Je ne peux rien dire de plus à ce sujet. La discrétion est un problème dans de tels cas, je ne peux donc pas dire de qui ou de quoi il s'agit. Je travaille toujours au sauvetage de mon club", poursuit Louis de Vries. Avec les mesures concernant le coronavirus, le Sporting Lokeren a gagné un peu de temps. Entre-temps, deux administrateurs provisoires, Kris Goeman et Juul Creytens, ont été nommés par le tribunal des entreprises de Termonde et la date à laquelle le club portant le matricule 282 serait éventuellement déclaré en faillite a été reportée du 23 mars au 20 avril. "C'est en partie à cause du coronavirus que nous avons eu des problèmes", poursuit De Vries. "Les transactions avec la Chine ont été complètement interrompues après janvier et donc aussi celles avec notre partenaire dans ce pays. Nous continuons à travailler à l'avenir du Sporting Lokeren. Je ne pense certainement pas à arrêter. Je reste constructif", a conclu Louis de Vries. Si le Sporting Lokeren ne reçoit pas de licence, le double vainqueur de la coupe pourrait descendre en deuxième division amateurs. (Belga)