"Il est vraiment dommage que la fête soit gâchée par ce genre de supporters", a souligné Sébastien Bellin. "Sportivement, c'était une grande soirée. Sortir une équipe comme Tel Aviv qui s'affiche avec de grosses ambitions, c'est une performance. Maintenant, nous laissons le soin à la FIBA de gérer cela. Je sais qu'elle a appelé le commissaire de table et en concertation avec les arbitres, l'objectif était de terminer le match dans les meilleures conditions possibles vu les circonstances". Des supporters israéliens ont semé le trouble occasionnant quelques dégâts au Spiroudôme. "Et comme par hasard à un moment clé du match", regrettait encore Sébastien Bellin. "Déjà à l'aller, nous faisons un 0-6 et les lumières s'éteignent. Bon, cela peut arriver. Mais les violences que l'on a vu lundi soir ne sont pas acceptables. Une rangée de sièges ont été arrachées. Ils ont été lancés. L'écran LED sur le côté a aussi été abimé". Les forces de l'ordre sont intervenues, ayant notamment à faire usage de gaz lacrymogène pour calmer les supporters israéliens. Deux policiers ont été légèrement blessés. Un supporter a été arrêté administrativement. Contacté, le département de la Ligue des Champions n'a pas encore réagi mardi midi. Le Spirou Charleroi s'est qualifié pour le deuxième des trois tours qualificatifs de la Ligue des Champions en prenant la mesure d'Hapoel Tel Aviv 73-59. Les hommes de Bryan Lynch s'étaient inclinés de trois points 76-73 à l'aller. Ils recevront, mercredi soir, les Danois de Bakken Bears dans le cadre du match aller du deuxième tour. (Belga)