En Belgique, les sportifs professionnels bénéficient d'un statut fiscal et social avantageux. Leurs cotisations sociales sont ainsi calculées sur un salaire plafonné, aligné sur le plafond le plus bas - celui des indemnités de chômage - pris en compte pour le calcul de ces cotisations. Les sportifs professionnels de moins de 26 ans jouissent par ailleurs d'un taux d'imposition préférentiel et leur employeur ne doit verser le précompte professionnel qu'à hauteur de 20%.

"Ces mesures de faveur accordées aux sportifs professionnels, qui coûtent chaque année quelque 150 millions d'euros à la collectivité et dont l'essentiel bénéficie aux équipes de football de première division et aux salaires de leurs joueurs, ne sont plus justifiables", rappellent Meryame Kitir et Peter Vanvelthoven.

Jeudi, la ministre des Affaires sociales Maggie De Block avait de son côté estimé que le système de réduction de cotisations sociales dont bénéficient les clubs et les joueurs devait pouvoir être revu si le milieu du football ne parvient pas lui-même à se mettre en ordre.