Parmi les deux offres révélées ce week-end, celle du duo Wouter Vandenhaute - Paul Gheyssens est considérée davantage comme un plan B, rapportent les quotidiens lundi, pointant notamment des relations assez froides entre Roger Vanden Stock et Paul Gheyssens dans le cadre du dossier du stade national. Par ailleurs, l'offre flamande ne conserverait pas la structure en place, avec Vanden Stock à la présidence, Van Holsbeeck au poste de manager général et Van Biesbroeck à celui de directeur opérationnel, au contraire de l'offre "russe", qui permettrait à Vanden Stock et Alexandre Van Damme de conserver des actions afin d'avoir encore une possibilité de contrôle du club. Par rapport à cette "offre" d'Alisher Usmanov, justement, le Russe ne serait en réalité jamais entré dans la danse, ne servant que d'introducteur et d'intermédiaire auprès d'un troisième homme qui a formulé une offre bien plus conséquente (située entre 100 et 135 millions), selon les informations du Soir et de Sudpresse. (Belga)

Parmi les deux offres révélées ce week-end, celle du duo Wouter Vandenhaute - Paul Gheyssens est considérée davantage comme un plan B, rapportent les quotidiens lundi, pointant notamment des relations assez froides entre Roger Vanden Stock et Paul Gheyssens dans le cadre du dossier du stade national. Par ailleurs, l'offre flamande ne conserverait pas la structure en place, avec Vanden Stock à la présidence, Van Holsbeeck au poste de manager général et Van Biesbroeck à celui de directeur opérationnel, au contraire de l'offre "russe", qui permettrait à Vanden Stock et Alexandre Van Damme de conserver des actions afin d'avoir encore une possibilité de contrôle du club. Par rapport à cette "offre" d'Alisher Usmanov, justement, le Russe ne serait en réalité jamais entré dans la danse, ne servant que d'introducteur et d'intermédiaire auprès d'un troisième homme qui a formulé une offre bien plus conséquente (située entre 100 et 135 millions), selon les informations du Soir et de Sudpresse. (Belga)