Les comptes du Royal Excelsior Mouscron ont été bloqués fin février, suite à la plainte introduite par le YRFC Malines devant le tribunal correctionnel en avril 2018. À la demande du parquet, le président a désigné deux administrateurs provisoires chargés d'assurer la continuité du club.

"Le tribunal de Tournai vient de mettre fin à cette mesure d'urgence", explique le président Patrick Declerck. "Tous les mouvements financiers, entrants et sortants, ont été contrôlés sans qu'on relève la moindre anormalité. Ici, les gens se demandaient que faire. La mesure a retardé le processus décisionnel, ce qui est très ennuyeux en pleine période de transferts. Maintenant, nous pouvons à nouveau travailler normalement."

Le club n'en a pas moins obtenu sa licence professionnelle, souligne Declerck. En outre, pour la première fois depuis sa faillite en 2010, Mouscron peut réaliser un joli bénéfice grâce à la vente de jeunes joueurs. Selim Amallah et Mërgim Vojvoda sont transférés au Standard et les clubs font la file pour Jean Butez.

En même temps, ça oblige Mouscron à reformer une équipe, d'autant qu'ils ne sont pas les seuls partants. Mbaye Leye met un terme à sa carrière tandis que Benson Manuel et Taiwo Awoniyi, loués, sont prêts à effectuer un autre pas en avant. Le Cercle s'intéresse à Noë Dussenne et Frank Boya, qui sont en dernière année de contrat et risquent donc d'être vendus. Bref, huit des onze titulaires sont susceptibles de s'en aller.

"La vente des joueurs permet de financer l'achat de nouveaux", réagit Declerck. "Notre image de club familial, au sein duquel les jeunes talents peuvent s'épanouir, attire de plus en plus de jeunes. Quand Benson est arrivé chez nous, on nous a prévenus : Attention, il n'est pas facile! Il a gagné en maturité chez nous. Ses parents sont venus me remercier : Nous sommes des gens simples mais nous avons toujours été bien reçus.

Genk est satisfait, de même que Liverpool et Awoniyi. Nous allons continuer sur notre lancée : valoriser les jeunes et relancer les joueurs chevronnés qui se retrouvent sur une voie de garage. Benjamin Van Durmen, un jeune du cru, a également percé. D'autres ont reçu leur chance en PO2."

Le manager sportif Jörgen Röber et le T1 Bernd Storck sont partis. "Röber a 65 ans et son contrat arrive à terme. Il prend sa retraite. Le manager général Paul Allaerts reprend la totalité de ses tâches avec les scouts Quentin Walcarius et Eddy Callaert. Nous avions levé l'option de Storck et nous allons donc toucher une indemnité." Il a été rapidement remplacé par un autre Allemand : Bernd Hollerbach (49 ans), adjoint de Felix Magath il y a dix ans, quand il a conduit le VfL Wolfsburg au titre.

"J'ai lu dans les journaux qu'il ne parle qu'allemand mais il s'exprime correctement en anglais. N'oubliez pas que Storck n'avait pas de club à son arrivée ici et que tout le monde se moquait de nous. Hollerbach donne l'impression de mieux convenir à l'ADN de Mouscron, sur le plan humain. Il semble plus proche des gens."

Par Christian Vandenabeele