Quatorze paramètres, concernant soixante points d'action, ont été pris en compte pendant les Mondiaux, où l'accent a été mis sur une mobilité plus verte (appel à utiliser le vélo ou les transports en commun, utilisation de voitures hybrides ou électriques), les économies d'énergie mais aussi des aspects sociétaux comme l'inclusivité ou l'interdiction de fumer. Les émissions de CO2 ont été réduites de 52% lors des Mondiaux 2021 (45 % réalisés grâce à l'utilisation de biodiesel pour les générateurs, 4% grâce à l'utilisation de voitures électriques et hybrides, et 3% grâce à l'électricité verte). Pour réduire la consommation d'eau, l'utilisation de toilettes à aspiration a été privilégiée, ce qui a permis d'économiser environ 350.000 litres d'eau. Pendant l'événement, 24,7 tonnes de déchets ont été collectées, dont 29% ont pu être recyclés. "Des efforts supplémentaires peuvent être faits pour stimuler l'utilisation de matériaux réutilisables, faciliter le processus de collecte des déchets et l'utilisation de groupes de collecte de déchets le long des pistes", indique Eline Brugman, Director Climate & Energy chez Deloitte. En matière de mobilité, "des campagnes de communication ont été mises en place pour promouvoir les choix écologiques, comme une campagne sur les transports publics avec la SNCB et De Lijn, des itinéraires dédiés aux piétons et aux cyclistes entre les hotspots, des parkings à vélos et des incitations pour les fans venant en vélo". Au cours des deux week-ends, la SNCB a ainsi enregistré 62.440 passagers supplémentaires. Les Mondiaux se sont aussi voulu inclusifs en proposant des facilités aux personnes à mobilité réduite, en incluant le paracyclisme dans l'événement ou en intégrant des groupes "vulnérables ou sous-représentés" parmi les bénévoles. Des campagnes ont été mises en place en collaboration avec deux ONG axées sur les droits LGTBQ+, dans le but de faire un premier pas vers un monde sportif plus accessible et inclusif pour tous. "Parmi les recommandations qui peuvent être faites pour les événements futurs, citons une meilleure sensibilisation aux procédures de signalement des actes injustes, une plus grande ambition pour attirer les participantes féminines, l'organisation d'un plus grand nombre de campagnes encourageant les activités sportives avec les communautés sous-représentées, et l'introduction de toilettes neutres", estime le rapport. "Nous sommes sur la bonne voie", déclare Thomas Van Den Spiegel, le CEO de Flanders Classics, qui a été en charge de l'organisation des Mondiaux. "Mais ces Mondiaux étaient un premier pas, le chemin est encore long. Nous pourrons nous en inspirer pour les classiques en 2022 mais cela va au-delà du cyclisme. Ce rapport peut servir pour d'autres événements". (Belga)

Quatorze paramètres, concernant soixante points d'action, ont été pris en compte pendant les Mondiaux, où l'accent a été mis sur une mobilité plus verte (appel à utiliser le vélo ou les transports en commun, utilisation de voitures hybrides ou électriques), les économies d'énergie mais aussi des aspects sociétaux comme l'inclusivité ou l'interdiction de fumer. Les émissions de CO2 ont été réduites de 52% lors des Mondiaux 2021 (45 % réalisés grâce à l'utilisation de biodiesel pour les générateurs, 4% grâce à l'utilisation de voitures électriques et hybrides, et 3% grâce à l'électricité verte). Pour réduire la consommation d'eau, l'utilisation de toilettes à aspiration a été privilégiée, ce qui a permis d'économiser environ 350.000 litres d'eau. Pendant l'événement, 24,7 tonnes de déchets ont été collectées, dont 29% ont pu être recyclés. "Des efforts supplémentaires peuvent être faits pour stimuler l'utilisation de matériaux réutilisables, faciliter le processus de collecte des déchets et l'utilisation de groupes de collecte de déchets le long des pistes", indique Eline Brugman, Director Climate & Energy chez Deloitte. En matière de mobilité, "des campagnes de communication ont été mises en place pour promouvoir les choix écologiques, comme une campagne sur les transports publics avec la SNCB et De Lijn, des itinéraires dédiés aux piétons et aux cyclistes entre les hotspots, des parkings à vélos et des incitations pour les fans venant en vélo". Au cours des deux week-ends, la SNCB a ainsi enregistré 62.440 passagers supplémentaires. Les Mondiaux se sont aussi voulu inclusifs en proposant des facilités aux personnes à mobilité réduite, en incluant le paracyclisme dans l'événement ou en intégrant des groupes "vulnérables ou sous-représentés" parmi les bénévoles. Des campagnes ont été mises en place en collaboration avec deux ONG axées sur les droits LGTBQ+, dans le but de faire un premier pas vers un monde sportif plus accessible et inclusif pour tous. "Parmi les recommandations qui peuvent être faites pour les événements futurs, citons une meilleure sensibilisation aux procédures de signalement des actes injustes, une plus grande ambition pour attirer les participantes féminines, l'organisation d'un plus grand nombre de campagnes encourageant les activités sportives avec les communautés sous-représentées, et l'introduction de toilettes neutres", estime le rapport. "Nous sommes sur la bonne voie", déclare Thomas Van Den Spiegel, le CEO de Flanders Classics, qui a été en charge de l'organisation des Mondiaux. "Mais ces Mondiaux étaient un premier pas, le chemin est encore long. Nous pourrons nous en inspirer pour les classiques en 2022 mais cela va au-delà du cyclisme. Ce rapport peut servir pour d'autres événements". (Belga)