"Je reste convaincu de la beauté du projet, nous aurions créé la meilleure compétition au monde", a-t-il ajouté. Le projet de Super League a connu un sérieux coup d'arrêt après le retrait, mardi soir, des six clubs anglais impliqués, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham. Dans la foulée de ces annonces, les créateurs ont expliqué qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet" de compétition privée censée concurrencer la Ligue des champions de football. Avec le retrait des clubs de Premier League, il reste six clubs dissidents: trois espagnols (Atlético Madrid, Barcelone et Real Madrid) et trois italiens (AC Milan, Inter Milan et Juventus). Dans un entretien publié mercredi par la Repubblica mais accordé avant l'annonce du retrait anglais, Agnelli continuait de soutenir ce projet: "Entre nos clubs, il y a un pacte de sang, on va avancer. (Le projet) a 100% de chances de succès", affirmait celui qui apparaît comme l'un des principaux soutiens du projet avec le président du Real Madrid Florentino Perez. "Le football n'est plus un jeu mais un secteur industriel et il a besoin de stabilité". (Belga)

"Je reste convaincu de la beauté du projet, nous aurions créé la meilleure compétition au monde", a-t-il ajouté. Le projet de Super League a connu un sérieux coup d'arrêt après le retrait, mardi soir, des six clubs anglais impliqués, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham. Dans la foulée de ces annonces, les créateurs ont expliqué qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet" de compétition privée censée concurrencer la Ligue des champions de football. Avec le retrait des clubs de Premier League, il reste six clubs dissidents: trois espagnols (Atlético Madrid, Barcelone et Real Madrid) et trois italiens (AC Milan, Inter Milan et Juventus). Dans un entretien publié mercredi par la Repubblica mais accordé avant l'annonce du retrait anglais, Agnelli continuait de soutenir ce projet: "Entre nos clubs, il y a un pacte de sang, on va avancer. (Le projet) a 100% de chances de succès", affirmait celui qui apparaît comme l'un des principaux soutiens du projet avec le président du Real Madrid Florentino Perez. "Le football n'est plus un jeu mais un secteur industriel et il a besoin de stabilité". (Belga)