"Nous demandons juste de la patience, de la compréhension, c'est le message principal (...) Il est trop tôt pour décider quoi que ce soit", a déclaré Bach à l'issue d'une réunion de la commission exécutive de l'instance. Les JO de Tokyo étaient normalement programmés à l'été 2020 mais ont été reportés d'un an en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, une première dans l'histoire en temps de paix. Alors que la pandémie est toujours présente et que de nouveaux variants du virus ont fait leur apparition ces derniers mois, diverses options ont été évoquées dans les médias, allant d'une annulation pure et simple du rendez-vous jusqu'à des Jeux sans public. "Nous ne perdons pas de temps et d'énergie sur des spéculations" a expliqué Thomas Bach. "Nous travaillons sur 'comment les Jeux se dérouleront'", a-t-il souligné. "Notre tâche est d'organiser les Jeux, pas d'annuler les Jeux... et c'est pourquoi nous n'ajouterons pas d'huile sur le feu des spéculations", a également déclaré le président du CIO. Concernant la vaccination des sportifs, autre sujet délicat au moment où les personnes prioritaires sont encore très loin d'avoir toutes été vaccinées dans le monde, M. Bach a rappelé que le CIO "n'était pas en faveur de sportifs coupant la file d'attente". "Il n'y a pas de plan, nous apprenons chaque jour", a-t-il développé, ajoutant comprendre que, alors même que des gens vivent sous confinement et qu'il n'est pas possible de sortir pour aller au restaurant, il apparaît difficile d'envisager la tenue de Jeux olympiques. "La responsabilité du gouvernement (japonais) et du CIO est de voir au-delà de cette situation". Le président du CIO a indiqué que l'instance allait bientôt rendre publique la première version de son "playbook", un manuel visant à décrire "toutes les mesures possibles à appliquer en juillet et août à Tokyo". Ce manuel couvre de nombreuses questions essentielles telles que les voyages, les quarantaines potentielles, les transports, la vie dans le village olympique et la distanciation sociale. (Belga)

"Nous demandons juste de la patience, de la compréhension, c'est le message principal (...) Il est trop tôt pour décider quoi que ce soit", a déclaré Bach à l'issue d'une réunion de la commission exécutive de l'instance. Les JO de Tokyo étaient normalement programmés à l'été 2020 mais ont été reportés d'un an en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, une première dans l'histoire en temps de paix. Alors que la pandémie est toujours présente et que de nouveaux variants du virus ont fait leur apparition ces derniers mois, diverses options ont été évoquées dans les médias, allant d'une annulation pure et simple du rendez-vous jusqu'à des Jeux sans public. "Nous ne perdons pas de temps et d'énergie sur des spéculations" a expliqué Thomas Bach. "Nous travaillons sur 'comment les Jeux se dérouleront'", a-t-il souligné. "Notre tâche est d'organiser les Jeux, pas d'annuler les Jeux... et c'est pourquoi nous n'ajouterons pas d'huile sur le feu des spéculations", a également déclaré le président du CIO. Concernant la vaccination des sportifs, autre sujet délicat au moment où les personnes prioritaires sont encore très loin d'avoir toutes été vaccinées dans le monde, M. Bach a rappelé que le CIO "n'était pas en faveur de sportifs coupant la file d'attente". "Il n'y a pas de plan, nous apprenons chaque jour", a-t-il développé, ajoutant comprendre que, alors même que des gens vivent sous confinement et qu'il n'est pas possible de sortir pour aller au restaurant, il apparaît difficile d'envisager la tenue de Jeux olympiques. "La responsabilité du gouvernement (japonais) et du CIO est de voir au-delà de cette situation". Le président du CIO a indiqué que l'instance allait bientôt rendre publique la première version de son "playbook", un manuel visant à décrire "toutes les mesures possibles à appliquer en juillet et août à Tokyo". Ce manuel couvre de nombreuses questions essentielles telles que les voyages, les quarantaines potentielles, les transports, la vie dans le village olympique et la distanciation sociale. (Belga)