"Le marché des transferts va changer", a déclaré Rummenigge. "Il n'y a plus beaucoup de liquidités, donc il y a un manque de demande. Mais il n'y a pas un manque de joueurs qui veulent être transférés. Cela ajustera les prix", a analysé Rummenigge. Concernant des transferts à 100 millions d'euros, Rummenigge "ne peut pas imaginer que de tels montants seront déboursés pour un joueur cette saison en Allemagne ou en Europe." L'interruption de plusieurs mois des compétitions en raison de la pandémie de coronavirus et l'absence de supporters depuis la reprise a frappé durement les clubs au niveau financier. "Les salaires augmenteront difficilement, même pour les joueurs du top. Beaucoup de clubs européens ont annoncé qu'ils réduiront leur masse salariale. Nous devons aussi manier cela plus attentivement", a poursuivi Rummenigge. Il a déclaré que le Bayern, qui s'est assuré un huitième titre consécutif de Bundesliga, visera à "renforcer la profondeur de l'équipe" plutôt que de verser des sommes énormes pour un seul joueur. La croissance régulière des droits télévisés arrive aussi à son terme en Bundesliga, puisque les 4,4 milliards d'euros qui viennent d'être annoncés pour la période 2021-2025 sont inférieurs de quelque 200 millions d'euros aux revenus de l'accord 2017-2021. Le président du Bayern parle d'un "résultat de première classe dans des temps difficiles", tout en préconisant un changement de la mentalité du modèle économique. "Le football doit essayer d'être un peu plus rationnel afin d'être plus stable pour les crises futures", a-t-il indiqué. "Nous devons trouver de meilleures solutions en Europe." (Belga)

"Le marché des transferts va changer", a déclaré Rummenigge. "Il n'y a plus beaucoup de liquidités, donc il y a un manque de demande. Mais il n'y a pas un manque de joueurs qui veulent être transférés. Cela ajustera les prix", a analysé Rummenigge. Concernant des transferts à 100 millions d'euros, Rummenigge "ne peut pas imaginer que de tels montants seront déboursés pour un joueur cette saison en Allemagne ou en Europe." L'interruption de plusieurs mois des compétitions en raison de la pandémie de coronavirus et l'absence de supporters depuis la reprise a frappé durement les clubs au niveau financier. "Les salaires augmenteront difficilement, même pour les joueurs du top. Beaucoup de clubs européens ont annoncé qu'ils réduiront leur masse salariale. Nous devons aussi manier cela plus attentivement", a poursuivi Rummenigge. Il a déclaré que le Bayern, qui s'est assuré un huitième titre consécutif de Bundesliga, visera à "renforcer la profondeur de l'équipe" plutôt que de verser des sommes énormes pour un seul joueur. La croissance régulière des droits télévisés arrive aussi à son terme en Bundesliga, puisque les 4,4 milliards d'euros qui viennent d'être annoncés pour la période 2021-2025 sont inférieurs de quelque 200 millions d'euros aux revenus de l'accord 2017-2021. Le président du Bayern parle d'un "résultat de première classe dans des temps difficiles", tout en préconisant un changement de la mentalité du modèle économique. "Le football doit essayer d'être un peu plus rationnel afin d'être plus stable pour les crises futures", a-t-il indiqué. "Nous devons trouver de meilleures solutions en Europe." (Belga)