Le profil de l'exercice chronométré est assez plat, mais assez long (27,2 km) entre Changé et Laval. Les observateurs s'attendent à voir quelques écarts se creuser. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) partira en dernier à 16h50 avec un maillot jaune sur les épaules qu'il sait en danger. Certains verraient bien son grand rival, Wout van Aert venir le lui chiper. "Je vais faire de mon mieux, mais je sais qu'il y a ici au départ des gars qui vont bien plus vite que moi", a relativisé le coureur de Jumbo-Visma, à 31 secondes de van der Poel. Le Français Julian Alaphilippe, 2e, est à 8 secondes et le Slovène Tadej Pogacar, 6e à 39 secondes. "Un chrono aussi long aussi tôt, c'est assez peu commun", a relevé le directeur de course Thierry Gouvenou par rapport à la distance, exactement la même qu'à Pau en 2019, quand Julian Alaphilippe avait battu Geraint Thomas. À la différence du parcours béarnais alors, le tracé en Mayenne favorise davantage les spécialistes à cause des longs faux-plats de la seconde partie de course qui succèdent aux petites côtes des premiers kilomètres. "On peut perdre beaucoup de temps sur 27 kilomètres", souligne Thierry Gouvenou. Le directeur du Tour Christian Prudhomme évoque lui une "offrande aux rouleurs" et insiste surtout sur sa volonté de "varier les scénarios et les occasions de remettre en question les positions établies". Si Changé reçoit le Tour pour la première fois, Laval a déjà accueilli la Grande Boucle. En 1999, Tom Steels, aujourd'hui l'un des directeurs sportifs de l'équipe de Julian Alaphilippe chez Deceuninck-Quick Step, s'y était imposé au sprint. (Belga)

Le profil de l'exercice chronométré est assez plat, mais assez long (27,2 km) entre Changé et Laval. Les observateurs s'attendent à voir quelques écarts se creuser. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) partira en dernier à 16h50 avec un maillot jaune sur les épaules qu'il sait en danger. Certains verraient bien son grand rival, Wout van Aert venir le lui chiper. "Je vais faire de mon mieux, mais je sais qu'il y a ici au départ des gars qui vont bien plus vite que moi", a relativisé le coureur de Jumbo-Visma, à 31 secondes de van der Poel. Le Français Julian Alaphilippe, 2e, est à 8 secondes et le Slovène Tadej Pogacar, 6e à 39 secondes. "Un chrono aussi long aussi tôt, c'est assez peu commun", a relevé le directeur de course Thierry Gouvenou par rapport à la distance, exactement la même qu'à Pau en 2019, quand Julian Alaphilippe avait battu Geraint Thomas. À la différence du parcours béarnais alors, le tracé en Mayenne favorise davantage les spécialistes à cause des longs faux-plats de la seconde partie de course qui succèdent aux petites côtes des premiers kilomètres. "On peut perdre beaucoup de temps sur 27 kilomètres", souligne Thierry Gouvenou. Le directeur du Tour Christian Prudhomme évoque lui une "offrande aux rouleurs" et insiste surtout sur sa volonté de "varier les scénarios et les occasions de remettre en question les positions établies". Si Changé reçoit le Tour pour la première fois, Laval a déjà accueilli la Grande Boucle. En 1999, Tom Steels, aujourd'hui l'un des directeurs sportifs de l'équipe de Julian Alaphilippe chez Deceuninck-Quick Step, s'y était imposé au sprint. (Belga)