Avec le plan d'action "Ensemble pour un football sûr", qui a été présenté jeudi au stade du FC Malines, la Pro League, l'Union belge de football (URSBFA), en collaboration avec la Cellule football du SPF Intérieur et la police, veulent faire disparaître le hooliganisme des stades de football. Le plan prévoit de nouveaux investissements dans le personnel de sécurité et une meilleure communication avec les groupes de supporters, ainsi qu'une application plus stricte des sanctions.

La Pro League et la fédération ont l'intention d'investir davantage dans la formation du personnel de sécurité (stewards, agents de sécurité) et dans une meilleure communication avec les groupes de supporters et la police. La violence contre le personnel de sécurité entraînera également des sanctions plus sévères. Le plan d'action prévoit également de rendre impossible pour les émeutiers de contourner les interdictions de stade, tandis que les billets et abonnements ne seront attribués qu'à des personnes identifiées individuellement. La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden souhaite également se pencher sur les interdictions de stade transfrontalières, afin d'éviter que des hooligans étrangers ne viennent causer des troubles dans les stades belges. La Pro League et l'URBSFA souhaitent avoir recours à des outils modernes, comme des caméras à 360 degrés, pour assurer la sécurité dans les stades.

null, iStock
null © iStock

Un système de reconnaissance au contrôle d'entrée est également à l'étude, dans les limites du cadre légal.

L'application plus stricte des sanctions étant considérée comme un élément important dans la lutte contre le hooliganisme, une politique de sanctions uniforme sera d'application dans tous les stades des clubs de Pro League. Une même infraction entraînera donc la même approche et la même sanction dans chaque stade. Les sanctions pour les infractions liées au racisme, à l'utilisation illégale d'engins pyrotechniques et à la violence seront plus sévères et pourront entraîner une interdiction de stade de dix ans. En cas de récidive, le hooligan peut se voir infliger une interdiction de stade à vie.

La Pro League et l'Union belge tiennent enfin à améliorer la communication et la sensibilisation des groupes de supporters, ce qui devrait offrir un plus large soutien à ces mesures.

Le président de la Pro League espère un changement de mentalité

Pour Lorin Parys, président de la Pro League, la sécurité dans et autour des stades de football est une priorité. Il espère donc énormément que le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr' puisse apporter un "changement de mentalité."

null, Getty Images/iStock
null © Getty Images/iStock

Avec le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr', la Pro League et l'Union Belge de football (RBFA), avec l'appui de la cellule football du SPF Intérieur et de la police, veulent chasser le hooliganisme des stades de football belges. Il y a eu plusieurs incidents avec des supporters lors des derniers mois. "Espérons que ça soit le début d'un changement de mentalité", a déclaré jeudi le président des clubs professionnels lors de la présentation du plan d'action au Stade du FC Malines. "Ce plan ne va naturellement pas donner de résultat dès demain, mais je le vois plutôt agir sur une période de cinq ans. Le but est de s'adapter en permanence. Nous devons à nouveau redéfinir le football comme une superbe expérience à vivre."

"La sécurité est une priorité absolue pour la Pro League et ses clubs", a poursuivi Parys, qui considère qu'une expérience de match sûre est un point de départ à l'accueil de nouveaux supporters dans les stades. "Avec les clubs, nous prenons nos responsabilités, en concertation avec la ministre de l'Intérieur (Annelies Verlinden, ndlr.), la RBFA, les services d'ordre, mais évidemment aussi avec les supporters. Nous développons davantage ce plan avec nos supporters, le suivons avec eux et faisons des ajustements si nécessaire. Mais nous serons également sévères avec ceux qui mettent les autres en danger."

La ministre de l'Intérieur se réjouit que tous les partenaires unissent leurs forces

Avec le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr', la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) veut mettre fin aux incidents avec les supporters dans et autour des stades de football belges. "Nous croyons qu'avec ces règles le football redeviendra à nouveau une fête pour tout le monde", a déclaré jeudi Verlinden lors de la présentation du plan d'action au Stade du FC Malines.

null, iStock
null © iStock

"Ces derniers temps, nous avons vu beaucoup d'incidents dans les stades", a déclaré la ministre. "Laissez-moi être claire: cela provient d'une minorité, mais nous avons besoin d'une approche intégrée et plus stricte pour réussir à faire cesser ces incidents. Nous devons nous débarrasser du sentiment d'impunité. Il n'y a pas de place dans les stades pour la violence et l'emploi illégal d'engins pyrotechniques. Et naturellement, il n'y en a pas non plus pour le racisme et la discrimination."

"Je suis donc ravie que tous les partenaires unissent leurs forces pour que les matches de football puissent se dérouler dans les conditions les plus sûres et les plus agréables", a continué la ministre de l'Intérieur. "Nous continuerons à suivre de près la situation. Nous croyons qu'avec ces règles le football redeviendra à nouveau une fête pour tout le monde."

Avec le plan d'action "Ensemble pour un football sûr", qui a été présenté jeudi au stade du FC Malines, la Pro League, l'Union belge de football (URSBFA), en collaboration avec la Cellule football du SPF Intérieur et la police, veulent faire disparaître le hooliganisme des stades de football. Le plan prévoit de nouveaux investissements dans le personnel de sécurité et une meilleure communication avec les groupes de supporters, ainsi qu'une application plus stricte des sanctions. La Pro League et la fédération ont l'intention d'investir davantage dans la formation du personnel de sécurité (stewards, agents de sécurité) et dans une meilleure communication avec les groupes de supporters et la police. La violence contre le personnel de sécurité entraînera également des sanctions plus sévères. Le plan d'action prévoit également de rendre impossible pour les émeutiers de contourner les interdictions de stade, tandis que les billets et abonnements ne seront attribués qu'à des personnes identifiées individuellement. La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden souhaite également se pencher sur les interdictions de stade transfrontalières, afin d'éviter que des hooligans étrangers ne viennent causer des troubles dans les stades belges. La Pro League et l'URBSFA souhaitent avoir recours à des outils modernes, comme des caméras à 360 degrés, pour assurer la sécurité dans les stades. Un système de reconnaissance au contrôle d'entrée est également à l'étude, dans les limites du cadre légal. L'application plus stricte des sanctions étant considérée comme un élément important dans la lutte contre le hooliganisme, une politique de sanctions uniforme sera d'application dans tous les stades des clubs de Pro League. Une même infraction entraînera donc la même approche et la même sanction dans chaque stade. Les sanctions pour les infractions liées au racisme, à l'utilisation illégale d'engins pyrotechniques et à la violence seront plus sévères et pourront entraîner une interdiction de stade de dix ans. En cas de récidive, le hooligan peut se voir infliger une interdiction de stade à vie. La Pro League et l'Union belge tiennent enfin à améliorer la communication et la sensibilisation des groupes de supporters, ce qui devrait offrir un plus large soutien à ces mesures. Pour Lorin Parys, président de la Pro League, la sécurité dans et autour des stades de football est une priorité. Il espère donc énormément que le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr' puisse apporter un "changement de mentalité." Avec le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr', la Pro League et l'Union Belge de football (RBFA), avec l'appui de la cellule football du SPF Intérieur et de la police, veulent chasser le hooliganisme des stades de football belges. Il y a eu plusieurs incidents avec des supporters lors des derniers mois. "Espérons que ça soit le début d'un changement de mentalité", a déclaré jeudi le président des clubs professionnels lors de la présentation du plan d'action au Stade du FC Malines. "Ce plan ne va naturellement pas donner de résultat dès demain, mais je le vois plutôt agir sur une période de cinq ans. Le but est de s'adapter en permanence. Nous devons à nouveau redéfinir le football comme une superbe expérience à vivre." "La sécurité est une priorité absolue pour la Pro League et ses clubs", a poursuivi Parys, qui considère qu'une expérience de match sûre est un point de départ à l'accueil de nouveaux supporters dans les stades. "Avec les clubs, nous prenons nos responsabilités, en concertation avec la ministre de l'Intérieur (Annelies Verlinden, ndlr.), la RBFA, les services d'ordre, mais évidemment aussi avec les supporters. Nous développons davantage ce plan avec nos supporters, le suivons avec eux et faisons des ajustements si nécessaire. Mais nous serons également sévères avec ceux qui mettent les autres en danger." Avec le plan d'action 'Ensemble pour un football sûr', la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) veut mettre fin aux incidents avec les supporters dans et autour des stades de football belges. "Nous croyons qu'avec ces règles le football redeviendra à nouveau une fête pour tout le monde", a déclaré jeudi Verlinden lors de la présentation du plan d'action au Stade du FC Malines."Ces derniers temps, nous avons vu beaucoup d'incidents dans les stades", a déclaré la ministre. "Laissez-moi être claire: cela provient d'une minorité, mais nous avons besoin d'une approche intégrée et plus stricte pour réussir à faire cesser ces incidents. Nous devons nous débarrasser du sentiment d'impunité. Il n'y a pas de place dans les stades pour la violence et l'emploi illégal d'engins pyrotechniques. Et naturellement, il n'y en a pas non plus pour le racisme et la discrimination." "Je suis donc ravie que tous les partenaires unissent leurs forces pour que les matches de football puissent se dérouler dans les conditions les plus sûres et les plus agréables", a continué la ministre de l'Intérieur. "Nous continuerons à suivre de près la situation. Nous croyons qu'avec ces règles le football redeviendra à nouveau une fête pour tout le monde."