Le 2 novembre dernier, Peng Shuai avait accusé sur son compte Weibo (l'équivalent de Twitter en Chine) un ancien dirigeant chinois de l'avoir contrainte à un rapport sexuel lors d'une relation qui a duré plusieurs années. Le message avait été rapidement effacé et la joueuse n'a pas donné signe de vie pendant trois semaines. Fin décembre, Peng Shuai avait réfuté toute agression sexuelle dans une interview à un média chinois. Par conséquent, la WTA avait décidé d'annuler l'ensemble de ses tournois prévus en Chine en 2022. Peng était ensuite apparue aux côtés de Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO) lors des Jeux de Pékin en février dernier mais sa situation est toujours incertaine. Dans un entretien sur The Tennis Podcast, rapporté par CNN, Steve Simon a assuré que la WTA préfère la transparence et continuera à travailler pour trouver une solution. "Nous espérons trouver une solution qui convient à Peng, aux autorités chinoises et à nous-mêmes. Nous ne voulons pas fermer complètement la porte à la Chine mais, avant de reprendre nos activités là-bas, il faut trouver une solution. Nous resterons déterminés et nous espérons revenir en Chine d'ici 2023 avec une solution qui montrera des avancées claires. Ce serait une victoire pour le monde entier." (Belga)

Le 2 novembre dernier, Peng Shuai avait accusé sur son compte Weibo (l'équivalent de Twitter en Chine) un ancien dirigeant chinois de l'avoir contrainte à un rapport sexuel lors d'une relation qui a duré plusieurs années. Le message avait été rapidement effacé et la joueuse n'a pas donné signe de vie pendant trois semaines. Fin décembre, Peng Shuai avait réfuté toute agression sexuelle dans une interview à un média chinois. Par conséquent, la WTA avait décidé d'annuler l'ensemble de ses tournois prévus en Chine en 2022. Peng était ensuite apparue aux côtés de Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO) lors des Jeux de Pékin en février dernier mais sa situation est toujours incertaine. Dans un entretien sur The Tennis Podcast, rapporté par CNN, Steve Simon a assuré que la WTA préfère la transparence et continuera à travailler pour trouver une solution. "Nous espérons trouver une solution qui convient à Peng, aux autorités chinoises et à nous-mêmes. Nous ne voulons pas fermer complètement la porte à la Chine mais, avant de reprendre nos activités là-bas, il faut trouver une solution. Nous resterons déterminés et nous espérons revenir en Chine d'ici 2023 avec une solution qui montrera des avancées claires. Ce serait une victoire pour le monde entier." (Belga)