Parys a un passé dans le monde du football. Il a été brièvement employé comme Chief Operating Officer au Club de Bruges, il y a une dizaine d'années. "J'y ai donc pris goût au Club", a déclaré Parys lundi après l'assemblée générale qui a officialisé sa nomination. Parys, 45 ans, a souligné que ses anciens liens avec le Club de Bruges n'ont eu aucune incidence sur sa nomination. "Je n'ai eu aucun contact avec Bart Verhaeghe (président du Club de Bruges, ndlr). Cela n'a donc joué aucun rôle dans le processus de sélection. J'ai eu toutes les discussions avec Wouter Vandenhaute (président du RSC Anderlecht qui avait un mandat spécial de la Pro League, ndlr). Nous avons eu un contact pour la première fois, il y a trois ou quatre semaines." Lorin Parys quitte le parti politique N-VA, dont il était vice-président. Il entrera en fonction à la Pro League à partir du 1er avril. Sa carrière politique appartient désormais au passé, selon le nouvel homme fort de la Pro League. "Mes convictions politiques vont désormais passer au second plan. Je sens le soutien des clubs francophones. Nous avons la volonté de faire progresser le football." (Belga)

Parys a un passé dans le monde du football. Il a été brièvement employé comme Chief Operating Officer au Club de Bruges, il y a une dizaine d'années. "J'y ai donc pris goût au Club", a déclaré Parys lundi après l'assemblée générale qui a officialisé sa nomination. Parys, 45 ans, a souligné que ses anciens liens avec le Club de Bruges n'ont eu aucune incidence sur sa nomination. "Je n'ai eu aucun contact avec Bart Verhaeghe (président du Club de Bruges, ndlr). Cela n'a donc joué aucun rôle dans le processus de sélection. J'ai eu toutes les discussions avec Wouter Vandenhaute (président du RSC Anderlecht qui avait un mandat spécial de la Pro League, ndlr). Nous avons eu un contact pour la première fois, il y a trois ou quatre semaines." Lorin Parys quitte le parti politique N-VA, dont il était vice-président. Il entrera en fonction à la Pro League à partir du 1er avril. Sa carrière politique appartient désormais au passé, selon le nouvel homme fort de la Pro League. "Mes convictions politiques vont désormais passer au second plan. Je sens le soutien des clubs francophones. Nous avons la volonté de faire progresser le football." (Belga)