"Je n'ai pas de mot", a expliqué Hindley, qui a détrôné son équipier néerlandais Wilco Kelderman. "Depuis petit, je voulais endosser ce maillot rose. C'est un honneur énorme." "Ces trois semaines ont été des montagnes russes", a poursuivi Hindley, 2e de l'étape du jour. "Je pense que j'ai l'ai mérité aujourd'hui. On verra demain qui sera le meilleur entre nous deux. Je ferai de mon mieux dans le chrono et on verra comment ça se finira. Demain, ce sera le chrono de ma vie." Quand il avait 18 ans, Hindley a vécu un an en Italie, où il évoluait au sein de l'équipe Aran Cucine. "Porter ce maillot est un énorme honneur, l'Italie est un des endroits où je préfère aller à vélo. J'adore le pays, les gens, la culture. J'ai couru en Italie, j'ai même de la famille dans les Abruzzes. Endosser le maillot dans ce pays signifie beaucoup." (Belga)

"Je n'ai pas de mot", a expliqué Hindley, qui a détrôné son équipier néerlandais Wilco Kelderman. "Depuis petit, je voulais endosser ce maillot rose. C'est un honneur énorme." "Ces trois semaines ont été des montagnes russes", a poursuivi Hindley, 2e de l'étape du jour. "Je pense que j'ai l'ai mérité aujourd'hui. On verra demain qui sera le meilleur entre nous deux. Je ferai de mon mieux dans le chrono et on verra comment ça se finira. Demain, ce sera le chrono de ma vie." Quand il avait 18 ans, Hindley a vécu un an en Italie, où il évoluait au sein de l'équipe Aran Cucine. "Porter ce maillot est un énorme honneur, l'Italie est un des endroits où je préfère aller à vélo. J'adore le pays, les gens, la culture. J'ai couru en Italie, j'ai même de la famille dans les Abruzzes. Endosser le maillot dans ce pays signifie beaucoup." (Belga)