Est-ce la dictature d'un chiffre sur un sport longtemps resté l'apanage des romantiques qui les effraie ? Nombreux sont, en tout cas, ceux qui veulent la peau de la possession. Ils avaient commencé à rédiger son oraison funèbre un soir de juin 2014, quand Robin van Persie s'est envolé pour renverser l'invincible Espagne de Xavi et Andrés Iniesta. Avant d'être contraints de jeter leurs mots à la poubelle quelques semaines plus tard, quand l'Allemagne de Joachim Löw et ses 60% de possession de balle avaient soulevé le trophée. Le tout grâce à un but de Mario Götze, longtemps aligné par le sélectionneur en faux numéro neuf. Un délire espagnol presque inacceptable pour un pays qui a connu ses plus belles heures grâce aux buts du Bomber Gerd Müller.
...