"Notre totem est déjà prêt depuis longtemps et nous devions l'utiliser le 27 mars mais la course n'avait pas pu avoir lieu à cause du coronavirus", a déclaré l'organisateur Jacques Coussens. "Il y aura toujours des chutes, mais nous pouvons les limiter au strict minimum et surtout veiller à réduire la gravité des blessures. Nous sommes allés voir Boplan pour obtenir des conseils et ils ont fabriqué, entre autres, le totem, mais aussi d'autres absorbeurs que nous pouvons placer sur notre parcours autour des arbres et des poteaux." La sécurité des coureurs est le débat du moment dans le cyclisme surtout après les chutes de Fabio Jakobsen, Remco Evenepoel ou encore Yves Lampaert. "Il est toujours difficile de voir comment les coureurs se blessent en cas de chute. Sept semaines avant le GP E3, nous reconnaissons notre parcours tous les week-ends. Nous avons un poste de commandement et utilisons des drones pour surveiller la situation actuelle. Notre parcours est nettoyé la veille de la course avec une balayeuse et maintenant nous avons aussi nos Totems." L'absorbeur de 2m40 sera placé sur les endroits dangereux du parcours. "Notre totem est assez grand pour être remarqué de loin. Il est jaune vif et émet un signal sonore pour avertir les coureurs qu'ils approchent d'un point dangereux", a précisé Xavier Ramon de Boplan. "Les flèches sur le totem lui-même indiquent comment l'obstacle peut être évité. En outre, ils sont équipés d'un système de suivi et de traçabilité, de sorte que nous pouvons immédiatement voir quand un totem a été déplacé ou volé". (Belga)

"Notre totem est déjà prêt depuis longtemps et nous devions l'utiliser le 27 mars mais la course n'avait pas pu avoir lieu à cause du coronavirus", a déclaré l'organisateur Jacques Coussens. "Il y aura toujours des chutes, mais nous pouvons les limiter au strict minimum et surtout veiller à réduire la gravité des blessures. Nous sommes allés voir Boplan pour obtenir des conseils et ils ont fabriqué, entre autres, le totem, mais aussi d'autres absorbeurs que nous pouvons placer sur notre parcours autour des arbres et des poteaux." La sécurité des coureurs est le débat du moment dans le cyclisme surtout après les chutes de Fabio Jakobsen, Remco Evenepoel ou encore Yves Lampaert. "Il est toujours difficile de voir comment les coureurs se blessent en cas de chute. Sept semaines avant le GP E3, nous reconnaissons notre parcours tous les week-ends. Nous avons un poste de commandement et utilisons des drones pour surveiller la situation actuelle. Notre parcours est nettoyé la veille de la course avec une balayeuse et maintenant nous avons aussi nos Totems." L'absorbeur de 2m40 sera placé sur les endroits dangereux du parcours. "Notre totem est assez grand pour être remarqué de loin. Il est jaune vif et émet un signal sonore pour avertir les coureurs qu'ils approchent d'un point dangereux", a précisé Xavier Ramon de Boplan. "Les flèches sur le totem lui-même indiquent comment l'obstacle peut être évité. En outre, ils sont équipés d'un système de suivi et de traçabilité, de sorte que nous pouvons immédiatement voir quand un totem a été déplacé ou volé". (Belga)