Le gouvernement avait annoncé, le 15 avril, parmi les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus que tous les événements de masse en Belgique seraient interdits jusqu'au 31 août. "Nous avons travaillé depuis cette annonce et rentré des dossiers. Mais concrètement, rien n'a changé depuis", a précisé Vanessa Maes. "Nous sommes dans l'attente." Outre l'accord des autorités belges, Spa Grand Prix doit aussi trouver un accord avec Liberty Media, chargé de la promotion mondiale de la F1, pour couvrir le manque à gagner qu'entraînerait l'absence des spectateurs (près de 165.000 tickets avaient été vendus, NDLR). Aucune échéance n'a été fixée par les dirigeants de la Formule 1 aux organisateurs belges pour prendre une décision définitive. "Tout le monde est bien conscient que chaque organisateur est dépendant de son gouvernement." Le Conseil national de sécurité devrait se pencher sur la question des compétitions sportives en Belgique encore cette semaine. (Belga)

Le gouvernement avait annoncé, le 15 avril, parmi les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus que tous les événements de masse en Belgique seraient interdits jusqu'au 31 août. "Nous avons travaillé depuis cette annonce et rentré des dossiers. Mais concrètement, rien n'a changé depuis", a précisé Vanessa Maes. "Nous sommes dans l'attente." Outre l'accord des autorités belges, Spa Grand Prix doit aussi trouver un accord avec Liberty Media, chargé de la promotion mondiale de la F1, pour couvrir le manque à gagner qu'entraînerait l'absence des spectateurs (près de 165.000 tickets avaient été vendus, NDLR). Aucune échéance n'a été fixée par les dirigeants de la Formule 1 aux organisateurs belges pour prendre une décision définitive. "Tout le monde est bien conscient que chaque organisateur est dépendant de son gouvernement." Le Conseil national de sécurité devrait se pencher sur la question des compétitions sportives en Belgique encore cette semaine. (Belga)