Mercredi, l'UCI a officialisé la refonte du calendrier mondial, avec le Tour de France qui se tiendra du 29 août au 20 septembre, suivi par les Mondiaux et le Giro. L'UCI a également fait part de son intention de voir se disputer les cinq Monuments et le plus grand nombre possible d'épreuves WorldTour. Une réduction du nombre d'étapes du Giro a été évoquée. Une hypothèse réfutée dans la Gazzetta dello Sport, jeudi, par Mauro Vegni, directeur de RCS Sport, lequel estime que la course rose est pénalisée par rapport aux autres grands tours: "depuis deux mois, on ne parle que de ça: comment faire mal au Giro, le seul vrai adversaire, fort, non aligné, du Tour", a déclaré Vegni. "A tel point qu'on est prêt à sacrifier la Vuelta (organisé par ASO comme le Tour de France, ndlr) aussi bien en ce qui concerne le nombre d'étapes que le calendrier. Les Français ont dit ouvertement qu'il fallait réduire le Giro à trois week-ends, au lieu de quatre, pour libérer des dates en vue de la fin de saison. Nous devons encore nous défendre." Le Giro a en tout cas un soutien de taille: Eddy Merckx. "Ils voudraient caser en un peu plus de trois mois toutes les courses d'une saison et ce ne sera pas possible", a expliqué la légende du cyclisme, quintuple vainqueur de l'épreuve. "Je crois dans la tradition du grand cyclisme et je suis convaincu qu'un Giro doit avoir 21 étapes et durer trois semaines. Les grands tours doivent être ainsi." La veille, au micro de la RAI, la chaîne publique italienne, Vegni avait donné quelques indications sur la nouvelle mouture Giro, dont la 103e édition était initialement programmée du 9 au 31 mai. "Notre espoir est de disputer le Giro du 3 au 25 octobre. Nous sommes convaincus que cela pourrait être une situation acceptable pour faire repartir le cyclisme de premier plan en Italie. Je veux être confiant, je dois être confiant, le Giro possède 60 à 70% de chance de se dérouler en octobre. Ce sera un Giro différent, comme sera différente la vie de tout le monde, avec des mesures sanitaires à respecter." Un changement de ville pour le Grand Départ, prévu à Budapest, est également vraisemblable, a annoncé Vegni. "Cette année, nous aurons la nécessité, en raison des différentes dispositions sanitaires dans chaque pays, d'avoir une reprise du Giro en Italie. Et donc j'imagine un Giro qui sera entièrement italien cette année. Nous avons commencé à travailler sur une alternative", a conclu Vegni, qui espère officialiser les nouvelles dates après une réflexion avec l'UCI. (Belga)

Mercredi, l'UCI a officialisé la refonte du calendrier mondial, avec le Tour de France qui se tiendra du 29 août au 20 septembre, suivi par les Mondiaux et le Giro. L'UCI a également fait part de son intention de voir se disputer les cinq Monuments et le plus grand nombre possible d'épreuves WorldTour. Une réduction du nombre d'étapes du Giro a été évoquée. Une hypothèse réfutée dans la Gazzetta dello Sport, jeudi, par Mauro Vegni, directeur de RCS Sport, lequel estime que la course rose est pénalisée par rapport aux autres grands tours: "depuis deux mois, on ne parle que de ça: comment faire mal au Giro, le seul vrai adversaire, fort, non aligné, du Tour", a déclaré Vegni. "A tel point qu'on est prêt à sacrifier la Vuelta (organisé par ASO comme le Tour de France, ndlr) aussi bien en ce qui concerne le nombre d'étapes que le calendrier. Les Français ont dit ouvertement qu'il fallait réduire le Giro à trois week-ends, au lieu de quatre, pour libérer des dates en vue de la fin de saison. Nous devons encore nous défendre." Le Giro a en tout cas un soutien de taille: Eddy Merckx. "Ils voudraient caser en un peu plus de trois mois toutes les courses d'une saison et ce ne sera pas possible", a expliqué la légende du cyclisme, quintuple vainqueur de l'épreuve. "Je crois dans la tradition du grand cyclisme et je suis convaincu qu'un Giro doit avoir 21 étapes et durer trois semaines. Les grands tours doivent être ainsi." La veille, au micro de la RAI, la chaîne publique italienne, Vegni avait donné quelques indications sur la nouvelle mouture Giro, dont la 103e édition était initialement programmée du 9 au 31 mai. "Notre espoir est de disputer le Giro du 3 au 25 octobre. Nous sommes convaincus que cela pourrait être une situation acceptable pour faire repartir le cyclisme de premier plan en Italie. Je veux être confiant, je dois être confiant, le Giro possède 60 à 70% de chance de se dérouler en octobre. Ce sera un Giro différent, comme sera différente la vie de tout le monde, avec des mesures sanitaires à respecter." Un changement de ville pour le Grand Départ, prévu à Budapest, est également vraisemblable, a annoncé Vegni. "Cette année, nous aurons la nécessité, en raison des différentes dispositions sanitaires dans chaque pays, d'avoir une reprise du Giro en Italie. Et donc j'imagine un Giro qui sera entièrement italien cette année. Nous avons commencé à travailler sur une alternative", a conclu Vegni, qui espère officialiser les nouvelles dates après une réflexion avec l'UCI. (Belga)