Le Français Sébastien Ogier ainsi que son écurie, Toyota, sont idéalement placés pour décrocher les lauriers. Ce serait un huitième sacre mondial pour le pilote de Gap, 37 ans. Il reviendrait ainsi à une longueur de son illustre compatriote Sébastien Loeb pour le 168e rallye de sa carrière (soldé par 53 victoires WRC). Seul le Gallois Elfyn Evans, sur Toyota aussi, peut mathématiquement lui barrer la route d'un nouveau titre mondial. Ogier compte 204 points au championnat pour 187 à Evans. Une victoire vaut 25 points, le 2e reçoit 18, le 3e 15 et le 4e 12. La Power Stage offre respectivement 5, 4, 3, 2 et 1 point aux cinq premiers. Derrière, Thierry Neuville (Hyundai) totalise 159 unités et voudra au moins conserver sa place sur le podium, lui qui a remporté le dernier Rallye, il y a un mois, en Espagne, soit son deuxième succès de la saison, avec Martijn Wydaeghe, et le 15e de sa carrière. Après Ypres et la Catalogne, Neuville ambitionne donc une nouvelle victoire. Seul le jeune Finlandais de 21 ans Kalle Rovanpera (Toyota) - 140 pts - peut éjecter le pilote de Saint-Vith hors du top 3. Ött Tänak (Hyundai), 5e avec 128 unités, ne prend en effet pas le départ de ce Rallye de Monza sur des routes complexes à la fois sur le circuit de Monza et ses alentours avec des changements constants de surface et de redoutables cols de montagne. Chez les constructeurs, avant cet ultime baroud, Toyota mène la danse avec 474 points pour 427 à Hyundaï, tenant du titre, alors qu'il reste 52 points à attribuer. Après le shakedown jeudi, les hostilités commenceront vendredi matin avec deux passages dans les spéciales techniques de Gerosa (10,96 km) et Costa Valle Imagna (22,11 km), tout près du lac de Côme, détaillent les organisateurs. Après une assistance, l'après-midi se concentrera sur Monza avec une double dose de Cinturato (14,49 km) avant Grand Prix (10,29 km), la seule spéciale du circuit entièrement sur asphalte et négociée de nuit. Les concurrents effectueront un passage à l'assistance après chaque test sur le circuit et les sept secteurs chronométrés totaliseront 105,41 km. Samedi, les équipages défieront la plus longue étape du rallye avec 108,24 km d'action et un format similaire à celui de la veille : deux passages montagneux dans l'inédite San Fermo (14,80 km) et Selvino (24,93 km) avant une assistance. Dans l'après-midi, le programme à Monza se composera de Sottozero (14,39 km), dont les deux apparitions seront séparées d'une assistance. Dimanche, Monza accueillera la dernière étape de la saison. Grand Prix (10,29 km) sera au menu, suivie de deux passages dans Serraglio (14,62 km). La répétition de cette dernière sera le théâtre de la Power Stage offrant des points bonus. Comme pour les autres journées, une assistance sera programmée après chaque spéciale. Les seize secteurs chronométrés du parcours totaliseront 253,18 km. (Belga)

Le Français Sébastien Ogier ainsi que son écurie, Toyota, sont idéalement placés pour décrocher les lauriers. Ce serait un huitième sacre mondial pour le pilote de Gap, 37 ans. Il reviendrait ainsi à une longueur de son illustre compatriote Sébastien Loeb pour le 168e rallye de sa carrière (soldé par 53 victoires WRC). Seul le Gallois Elfyn Evans, sur Toyota aussi, peut mathématiquement lui barrer la route d'un nouveau titre mondial. Ogier compte 204 points au championnat pour 187 à Evans. Une victoire vaut 25 points, le 2e reçoit 18, le 3e 15 et le 4e 12. La Power Stage offre respectivement 5, 4, 3, 2 et 1 point aux cinq premiers. Derrière, Thierry Neuville (Hyundai) totalise 159 unités et voudra au moins conserver sa place sur le podium, lui qui a remporté le dernier Rallye, il y a un mois, en Espagne, soit son deuxième succès de la saison, avec Martijn Wydaeghe, et le 15e de sa carrière. Après Ypres et la Catalogne, Neuville ambitionne donc une nouvelle victoire. Seul le jeune Finlandais de 21 ans Kalle Rovanpera (Toyota) - 140 pts - peut éjecter le pilote de Saint-Vith hors du top 3. Ött Tänak (Hyundai), 5e avec 128 unités, ne prend en effet pas le départ de ce Rallye de Monza sur des routes complexes à la fois sur le circuit de Monza et ses alentours avec des changements constants de surface et de redoutables cols de montagne. Chez les constructeurs, avant cet ultime baroud, Toyota mène la danse avec 474 points pour 427 à Hyundaï, tenant du titre, alors qu'il reste 52 points à attribuer. Après le shakedown jeudi, les hostilités commenceront vendredi matin avec deux passages dans les spéciales techniques de Gerosa (10,96 km) et Costa Valle Imagna (22,11 km), tout près du lac de Côme, détaillent les organisateurs. Après une assistance, l'après-midi se concentrera sur Monza avec une double dose de Cinturato (14,49 km) avant Grand Prix (10,29 km), la seule spéciale du circuit entièrement sur asphalte et négociée de nuit. Les concurrents effectueront un passage à l'assistance après chaque test sur le circuit et les sept secteurs chronométrés totaliseront 105,41 km. Samedi, les équipages défieront la plus longue étape du rallye avec 108,24 km d'action et un format similaire à celui de la veille : deux passages montagneux dans l'inédite San Fermo (14,80 km) et Selvino (24,93 km) avant une assistance. Dans l'après-midi, le programme à Monza se composera de Sottozero (14,39 km), dont les deux apparitions seront séparées d'une assistance. Dimanche, Monza accueillera la dernière étape de la saison. Grand Prix (10,29 km) sera au menu, suivie de deux passages dans Serraglio (14,62 km). La répétition de cette dernière sera le théâtre de la Power Stage offrant des points bonus. Comme pour les autres journées, une assistance sera programmée après chaque spéciale. Les seize secteurs chronométrés du parcours totaliseront 253,18 km. (Belga)