Au cours de ses deux premiers mandats, le Français a notamment contribué à relancer le championnat du monde d'endurance (WEC), qui souffre néanmoins du retrait de Porsche et d'Audi, et a soutenu la création du championnat de Formule E, disputé par des monoplaces 100% électriques, qui connaît un succès grandissant. Il a aussi validé en janvier 2017 l'achat des droits commerciaux de la Formule 1 par le groupe américain Liberty Media, qui tente de redonner un nouveau souffle à la discipline reine du sport automobile. Jean Todt a commencé sa carrière en rallye, une discipline dans laquelle il a été vice-champion du monde en 1981 en tant que co-pilote de Guy Fréquelin. Il s'est ensuite progressivement investi dans le management des équipes de rallye, d'endurance et de F1, jusqu'à occuper des postes de directeur sportif chez Peugeot-Talbot puis PSA Sport et chez Ferrari, où il a fini par devenir directeur général du constructeur italien. (Belga)

Au cours de ses deux premiers mandats, le Français a notamment contribué à relancer le championnat du monde d'endurance (WEC), qui souffre néanmoins du retrait de Porsche et d'Audi, et a soutenu la création du championnat de Formule E, disputé par des monoplaces 100% électriques, qui connaît un succès grandissant. Il a aussi validé en janvier 2017 l'achat des droits commerciaux de la Formule 1 par le groupe américain Liberty Media, qui tente de redonner un nouveau souffle à la discipline reine du sport automobile. Jean Todt a commencé sa carrière en rallye, une discipline dans laquelle il a été vice-champion du monde en 1981 en tant que co-pilote de Guy Fréquelin. Il s'est ensuite progressivement investi dans le management des équipes de rallye, d'endurance et de F1, jusqu'à occuper des postes de directeur sportif chez Peugeot-Talbot puis PSA Sport et chez Ferrari, où il a fini par devenir directeur général du constructeur italien. (Belga)