L'Association des Clubs Francophones de Football a présenté récemment le bébé : dès la saison prochaine, des matches de D2 et D3 amateurs seront diffusés en live streaming. Et sur les 48 clubs concernés, quinze ont déjà marqué leur accord. " L'objectif est que tout le monde adhère au projet mais on peut objectivement penser arriver à 50 % de participation pour la première saison ", explique Patrice Sintzen, responsable communication de l'ACFF.

En pratique : une caméra intelligente (sans aucune manipulation humaine sur place) sera installée dans chaque stade concerné, elle pourra filmer à 180 degrés et suivra automatiquement le ballon ; en très peu de temps, une fois le match fini, la même caméra concoctera un résumé. Le streaming et le résumé seront disponibles sur la plateforme de Sporttotal, la société allemande qui a signé le contrat avec l'ACFF.

" Sporttotal propose le même service dans le foot amateur en Allemagne et aussi dans une partie de la France ", continue Patrice Sintzen. " Nous avons examiné les offres de plusieurs sociétés mais le savoir-faire et l'expérience de Sporttotal ont fait pencher la balance. "

Pour les clubs qui ont signé / signeront le partenariat, il n'y a rien à débourser. Les Allemands financent eux-mêmes les caméras. Pour les internautes qui regarderont les matches, même chose. Mais quid d'une éventuelle incidence sur les assistances ?

" On voit en Allemagne et en France que ce live streaming permet d'attirer de nouveaux spectateurs, qui découvrent sur le web que le football amateur est d'un bon niveau ", dit encore le responsable de la com'. Il insiste sur l'aspect communauté du projet. " Le but est de fédérer des gens autour du foot amateur, d'en (re)faire un sujet de conversation. C'est ça qui doit engendrer des assistances et des recettes de sponsoring. "

Les images de tous les matches seront diffusées sur la même plateforme, ce qui devrait encourager des supporters utilisateurs à visionner des matches d'autres équipes. Il y aura aussi des partages sur les réseaux sociaux, histoire de favoriser l'émulation.

L'Association des Clubs Francophones de Football a présenté récemment le bébé : dès la saison prochaine, des matches de D2 et D3 amateurs seront diffusés en live streaming. Et sur les 48 clubs concernés, quinze ont déjà marqué leur accord. " L'objectif est que tout le monde adhère au projet mais on peut objectivement penser arriver à 50 % de participation pour la première saison ", explique Patrice Sintzen, responsable communication de l'ACFF.En pratique : une caméra intelligente (sans aucune manipulation humaine sur place) sera installée dans chaque stade concerné, elle pourra filmer à 180 degrés et suivra automatiquement le ballon ; en très peu de temps, une fois le match fini, la même caméra concoctera un résumé. Le streaming et le résumé seront disponibles sur la plateforme de Sporttotal, la société allemande qui a signé le contrat avec l'ACFF." Sporttotal propose le même service dans le foot amateur en Allemagne et aussi dans une partie de la France ", continue Patrice Sintzen. " Nous avons examiné les offres de plusieurs sociétés mais le savoir-faire et l'expérience de Sporttotal ont fait pencher la balance. "Pour les clubs qui ont signé / signeront le partenariat, il n'y a rien à débourser. Les Allemands financent eux-mêmes les caméras. Pour les internautes qui regarderont les matches, même chose. Mais quid d'une éventuelle incidence sur les assistances ? " On voit en Allemagne et en France que ce live streaming permet d'attirer de nouveaux spectateurs, qui découvrent sur le web que le football amateur est d'un bon niveau ", dit encore le responsable de la com'. Il insiste sur l'aspect communauté du projet. " Le but est de fédérer des gens autour du foot amateur, d'en (re)faire un sujet de conversation. C'est ça qui doit engendrer des assistances et des recettes de sponsoring. " Les images de tous les matches seront diffusées sur la même plateforme, ce qui devrait encourager des supporters utilisateurs à visionner des matches d'autres équipes. Il y aura aussi des partages sur les réseaux sociaux, histoire de favoriser l'émulation.