Puisque l'on sait désormais que Bernard Dereine, le mystérieux repreneur du White Star, n'a jamais eu l'intention d'investir le moindre € au sein du pensionnaire de Division 2, le club woluwéen se retrouve le bec dans l'eau. C'est La Capitale qui a démonté la supercherie, preuves à l'appui, dans le courant de la semaine dernière, attestant des nombreuses faillites que l'homme a sur le dos. Le matricule 5750 est dans une situation tellement critique d'un point de vue financier qu'il pourrait être contraint de déposer le bilan dans les prochains jours. Concrètement, ses dettes et arriérés sont estimés à 400.000€ et il en faudrait quasiment autant pour assurer la fin de saison, tour final compris.

Les joueurs du club n'ont plus été payés depuis plusieurs mois et financièrement, nombre d'entre eux sont sur la corde raide. Ils ne savent plus subvenir aux besoins de leur famille, ne parviennent plus à rembourser leur crédit hypothécaire et on en passe : triste quand on sait que l'entité de Woluwe-Saint-Lambert surfait encore sur la vague du succès pendant l'automne.

Si une nouvelle piste de reprise est à l'étude, elle ne solutionnera pas tout de suite la situation bancaire des Bruxellois mais la commune, par l'entremise de l'échevin des sports, Eric Bott, va tenter de voler à leur secours. Le CPAS pourrait en effet intervenir et octroyer une allocation " de secours " aux joueurs.

Par Jeroen Vandergucht

Puisque l'on sait désormais que Bernard Dereine, le mystérieux repreneur du White Star, n'a jamais eu l'intention d'investir le moindre € au sein du pensionnaire de Division 2, le club woluwéen se retrouve le bec dans l'eau. C'est La Capitale qui a démonté la supercherie, preuves à l'appui, dans le courant de la semaine dernière, attestant des nombreuses faillites que l'homme a sur le dos. Le matricule 5750 est dans une situation tellement critique d'un point de vue financier qu'il pourrait être contraint de déposer le bilan dans les prochains jours. Concrètement, ses dettes et arriérés sont estimés à 400.000€ et il en faudrait quasiment autant pour assurer la fin de saison, tour final compris.Les joueurs du club n'ont plus été payés depuis plusieurs mois et financièrement, nombre d'entre eux sont sur la corde raide. Ils ne savent plus subvenir aux besoins de leur famille, ne parviennent plus à rembourser leur crédit hypothécaire et on en passe : triste quand on sait que l'entité de Woluwe-Saint-Lambert surfait encore sur la vague du succès pendant l'automne.Si une nouvelle piste de reprise est à l'étude, elle ne solutionnera pas tout de suite la situation bancaire des Bruxellois mais la commune, par l'entremise de l'échevin des sports, Eric Bott, va tenter de voler à leur secours. Le CPAS pourrait en effet intervenir et octroyer une allocation " de secours " aux joueurs.Par Jeroen Vandergucht