Patrice Waltzing est actif dans le management depuis 35 ans. Il est donc habitué à travailler dans l'urgence. Aujourd'hui, il doit pourtant récupérer des pièces à la banque pour constituer des fonds de caisse, organiser l'accueil des VIP, commander de la nourriture et s'entretenir avec la police. En un après quatre heures. Chaque minute compte avant le retour de l'Excelsior Virton en D1B, une réintégration exigée en novembre 2020 par l'Autorité belge de la Concurrence (ABC). Celle-ci a estimé que les règles de la concurrence avaient été bafouées quelques mois plus tôt par la Commission des licences, qui avait éconduit le club gaumais et l'avait renvoyé en D2 Amateurs. Sauvé des affres de la mort, l'Excel a tout repris à zéro au printemps dernier. Sans staff, sans jeunes et pratiquement sans joueurs, mais avec son homme fort Flavio Becca. Ce qui n'était pas gagné d'avance. " Flavio faisait face à trois problèmes ", restitue Patrice Waltzing. " Le stade, qui ne sera jamais prêt pour la D1A, la visibilité et le positionnement géographique de Virton. Il y a aussi ce sentiment que l'on emmerde tout le monde, surtout la Fédération, au point d'être peut-être le seul club à s'être vu annuler une victoire suite à une erreur d'arbitrage (contre le Beerschot en février 2020, ndlr). Tout ça faisait que Flavio avait envie d'autre chose. " Avant même que le club ne reçoive sa licence en avril, les membres du board ont donc envisagé une revente - il y a eu des intérêts sud-américains, portugais, français, anglais et italiens - puis, faute de temps, ils se sont rabattus sur l'idée de créer une plateforme de développement et de mise en valeur de jeunes talents. Un concept et un budget " joueurs ", passé de cinq à un peu moins de deux millions d'euros, qui ont semble-t-il convaincu Flavio Becca de rempiler. Sans Alex Hayes, le controversé CEO britannique, mais avec Tom Van Den Abbeele, nouveau directeur sportif. Recruteur à Norwich et Chelsea puis éphémère directeur sportif de Saint-Trond en 2018, le quadra apprécie l'ambition " d'attirer des clubs plus huppés pour prêter des joueurs et améliorer nos départements sportif, médical, logistique, etc. " Cet été, l'Excel a discuté avec le Milan AC et l'Atalanta, mais vu le temps imparti, il n'a pas trouvé " l'accord parfait. On a donc commencé à avancer de notre côté. " Le 27 juillet, les réseaux sociaux du matricule 200 ont soudain repris vie après des mois de silence pour annoncer la nomination de Christophe Grégoire en tant que T1. Il restait alors à former un staff, une équipe et se préparer à accueillir Westerlo en championnat. 19 jours plus tard...
...

Patrice Waltzing est actif dans le management depuis 35 ans. Il est donc habitué à travailler dans l'urgence. Aujourd'hui, il doit pourtant récupérer des pièces à la banque pour constituer des fonds de caisse, organiser l'accueil des VIP, commander de la nourriture et s'entretenir avec la police. En un après quatre heures. Chaque minute compte avant le retour de l'Excelsior Virton en D1B, une réintégration exigée en novembre 2020 par l'Autorité belge de la Concurrence (ABC). Celle-ci a estimé que les règles de la concurrence avaient été bafouées quelques mois plus tôt par la Commission des licences, qui avait éconduit le club gaumais et l'avait renvoyé en D2 Amateurs. Sauvé des affres de la mort, l'Excel a tout repris à zéro au printemps dernier. Sans staff, sans jeunes et pratiquement sans joueurs, mais avec son homme fort Flavio Becca. Ce qui n'était pas gagné d'avance. " Flavio faisait face à trois problèmes ", restitue Patrice Waltzing. " Le stade, qui ne sera jamais prêt pour la D1A, la visibilité et le positionnement géographique de Virton. Il y a aussi ce sentiment que l'on emmerde tout le monde, surtout la Fédération, au point d'être peut-être le seul club à s'être vu annuler une victoire suite à une erreur d'arbitrage (contre le Beerschot en février 2020, ndlr). Tout ça faisait que Flavio avait envie d'autre chose. " Avant même que le club ne reçoive sa licence en avril, les membres du board ont donc envisagé une revente - il y a eu des intérêts sud-américains, portugais, français, anglais et italiens - puis, faute de temps, ils se sont rabattus sur l'idée de créer une plateforme de développement et de mise en valeur de jeunes talents. Un concept et un budget " joueurs ", passé de cinq à un peu moins de deux millions d'euros, qui ont semble-t-il convaincu Flavio Becca de rempiler. Sans Alex Hayes, le controversé CEO britannique, mais avec Tom Van Den Abbeele, nouveau directeur sportif. Recruteur à Norwich et Chelsea puis éphémère directeur sportif de Saint-Trond en 2018, le quadra apprécie l'ambition " d'attirer des clubs plus huppés pour prêter des joueurs et améliorer nos départements sportif, médical, logistique, etc. " Cet été, l'Excel a discuté avec le Milan AC et l'Atalanta, mais vu le temps imparti, il n'a pas trouvé " l'accord parfait. On a donc commencé à avancer de notre côté. " Le 27 juillet, les réseaux sociaux du matricule 200 ont soudain repris vie après des mois de silence pour annoncer la nomination de Christophe Grégoire en tant que T1. Il restait alors à former un staff, une équipe et se préparer à accueillir Westerlo en championnat. 19 jours plus tard... C'est la troisième séance depuis la reprise. Ce mardi, ils sont vingt à fouler le seul terrain réellement en état du Congo, le centre d'entraînement de l'Excelsior Virton. Vingt privilégiés, puisque dès l'annonce de la relance du club, le directeur sportif Tom Van Den Abbeele estime avoir reçu une centaine de CV par position. " On a fait un premier tri sur papier ", explique l'ancien Trudonnaire, de son bureau qui surplombe le complexe. " On a privilégié les joueurs ayant eu un vrai temps de jeu la saison dernière, avec un minimum de 50% de joueurs belges et principalement des jeunes. " À chacun, le même discours sur le budget serré, la vétusté des installations et du camp de vacances où sont hébergés les joueurs en test et l'immense défi sportif qui les attend. Des 25 premiers candidats retenus, seuls sept reviennent au deuxième entraînement. Le staff n'a pas le temps, il doit faire le bon choix après une seule séance, " après un coup de téléphone maximum pour en savoir plus sur la mentalité du joueur ", précise Van Den Abbeele. Entre les entraînements de ce mardi, dans la très sobre salle des joueurs, plusieurs d'entre eux discutent le coup. Deux Français se posent des questions sur la " Ligue 1 belge ", mais tous veulent surtout savoir qui va signer ou pas, et à quel prix. " C'est 150 euros le point ", croit savoir l'un d'entre eux. Dehors, il pleut généreusement. Guy Jongbloed, l'entraîneur des gardiens, négocie donc avec un jeune keeper en test sous une cahute de remplaçants. " Petit à petit, les gars voient que tout se met en place ", assure Christophe Grégoire, qui achève tout juste son repas de midi, servi par Patricia, une des bénévoles qui n'a pas hésité à revenir donner un coup de main. Remercié par Seraing à l'automne 2019, Grégoire a saisi avec Virton " l'opportunité de venir en D1B et de rester professionnel. Je n'avais pas envie de repasser au statut amateur avec ses entraînements du soir ", précise celui qui charbonne alors de 7 heures à minuit, à l'affût de potentiels transferts. Plus light qu'au matin, la séance de l'après-midi se prépare avec le sourire et un lancer de javelot entre les assistants Manu Coquelet et Frédéric Herinckx. Tout cela sous l'oeil attentif d' Alain. La septantaine, le ventre rond, ce Français de Belgique suit l'Excelsior de la P1 à la D2 depuis une quarantaine d'années. " Je viens pour me familiariser avec les noms et les visages des nouveaux joueurs. " Il ne ratera rien de cette saison : il veut déjà acheter son abonnement. Frédéric Herinckx dispose les cônes aux quatre coins de la surface. Assistant en équipe première, il est également responsable de l'équipe Espoirs, à qui il s'apprête à prodiguer sa deuxième séance. Trois jours plus tôt, l'homme originaire de Dunkerque a posté un message sur les réseaux sociaux, à la recherche de joueurs. " On a dû l'enlever le lendemain matin parce que l'on avait déjà reçu 200 mails ", précise-t-il. " On donnera évidemment la priorité aux gars qui ont déjà joué ici ou qui sont logés dans le coin, mais je préfère laisser tomber les deux premiers matchs de championnat plutôt que de foncer sans faire de tests de niveau. " Les U21 seront les seuls jeunes virtonais actifs sur le terrain cette saison. Vidée de ses joyaux suite au manque de perspectives et de communication des anciens dirigeants, l'académie s'est délitée au profit des clubs voisins de Meix-devant-Virton, Ethe ou encore Habay-la-Neuve. " À terme, notre souhait est de construire un réseau dans le coin et que tout le monde soit gagnant ", commente Tom Van Den Abbeele. " Virton reste le club qui évolue au plus haut niveau, l'idée serait donc de fonctionner comme une pyramide en aiguillant les meilleurs joueurs par ici. " Au même moment, à une dizaine de kilomètres de là, les bénévoles de la RUS Ethe installent le bar à l'extérieur de la buvette. Parce qu'il fait beau et pour faciliter la tâche des dizaines de curieux qui viennent assister au premier match de l'Excelsior Virton 2.0 face à la P1 locale. " C'est l'occasion de voir les gars face à une vraie opposition, de jauger leur niveau physique et leurs qualités, même si c'est un peu faussé puisqu'ils joueront tous 45 minutes. Le plus dur, ça va être de créer une cohésion de groupe, d'attraper rapidement des automatismes ", note Christophe Grégoire, posté devant des vestiaires trop petits pour l'armada virtonaise, qui doit donc se changer en deux temps. À l'échauffement, dans le rond central, les joueurs d'Ethe sont plutôt anxieux. " Olalah il y a TV Lux, en plus ! Après deux minutes, j'ai le doigt cassé, hein, moi ", plaisante l'un d'entre eux. Après deux minutes, c'est en tout cas déjà 0-1, but de Mouaddib. Les Virtonais, qui évoluent avec le maillot de la saison 2019-20 et l'ex Standardman Corentin Fiore en test, s'imposent finalement 1-11. Ruben Droehnle (Teplice, Cze), Anthony Sadin (RWDM), Nicholas Rizzo (Genoa, Ita) ValentinGuillaume est un cas à part. Virtonais d'origine, il est surtout le seul joueur du noyau 2019-20 avec Shawn Hery à être resté fidèle à l'Excel. Ces seize derniers mois, il s'est entraîné avec un préparateur physique et a couru en solo. " Pendant tout ce temps, je n'ai eu aucun contact avec le club. Il ne restait qu'Alex Hayes, qui était injoignable ", dit-il, à peine sorti de la douche après la dernière séance du jour. Coincé, le milieu de terrain s'est pourtant convaincu de persévérer dans le foot pro et de ne pas entamer des études. " Personne n'y a cru. Combien de fois on ne m'a pas dit que j'étais fou de faire ça, d'attendre... " En juin, il est même arrivé au terme de son contrat. Sans perspective. " Ça aurait été difficile de retrouver un club du même niveau après une année sans jouer ", concède-t-il. Heureusement, le nouveau staff l'a assez vite rassuré sur son intention de poursuivre avec lui. " C'est mon club, c'est ma ville, je suis chez moi : c'est parfait. " Cette saison, il n'y a qu'un autre régional de l'étape dans les rangs virtonais : le gardien Timothy Martin, originaire d'Aubange et qui revient d'une saison à Nîmes. Il sera en concurrence avec Anthony Sadin, le seul joueur de l'équipe qui dépasse les trente ans, et qui découvre ce lundi la Gaume. Et ses nombreux moustiques gênants. " En général, en prépa, on est toujours impatient que le premier match arrive. Ici, c'est plutôt l'inverse, on se dit qu'il arrive trop tôt ", sourit l'ancien portier de l'Union, présent dans les cages virtonaises deux jours plus tôt à l'occasion du succès 1-2 en amical à Visé. " J'ai eu des touches en D1A, mais l'opportunité de jouer ici m'a séduit ", reprend Sadin. " J'aime le cadre verdoyant, on sent une vraie sérénité aux alentours. Les installations ? À Molenbeek, on était aussi parfois contraint de s'entraîner sur des terrains communaux de moins bonne qualité. " " À l'heure actuelle, l'Excel n'est pas un club très sexy pour la D1B ", reconnaît Tom Van Den Abbeele, en référence aux vestiaires, installés dans des containers, ou au matériel défaillant parfois même manquant. " Une fois qu'on aura mis le focus sur le noyau A, on va développer un plan que l'on soumettra à Flavio Becca pour voir ce qu'il est possible de faire et à quel terme. " Conviés dans le VIP du Stade Yvan Georges, journalistes et supporters viennent assister sans clim' à la préface du match contre Westerlo. L'administrateur Patrice Waltzing débute son discours par un hommage à Michel Le Flochmoan. Le coach français, qui a fait vivre à l'Excel sa première montée en Division 2 en 2001, est décédé deux jours plus tôt, pendant que son ancien club perdait son premier match en amical à Willem II (2-1). " Où qu'il soit ", précise Waltzing, " Michel pourra admirer le retour de Virton à ses couleurs traditionnelles. " Exit le bleu, les maillots du nouvel équipementier Décathlon - présentés sous forme de défilé de mode par le gardien Martin et l'attaquant Pinga - sont de nouveau vert et blanc. Une manière d'aider les supporters à s'identifier à ce nouveau Virton, eux qui " montrent un réel engouement ", d'après Thiebaud Delmelle, le team manager. " Ça passait moins avec les dirigeants précédents, mais là, les gens sont heureux de voir le club renaître. Aujourd'hui, c'est terminé d'aller payer des mille et des cents pour des transferts, on a des gars qui en veulent, c'est ça qu'il faut pour que les fans puissent se reconnaître à travers le club. " À propos de joueurs, l'Excel se dit toujours en attente de la décision du tribunal dans le cadre du procès qui l'oppose à plusieurs de ses anciens joueurs, accusés d'avoir rompu leur contrat de façon unilatérale. " J'ai lu et relu le règlement, je ne comprends pas comment on peut même avoir un doute sur le contenu de cette page ", commente Patrice Waltzing. " Je pense que l'on va gagner et que les avocats des joueurs se retourneront ensuite contre la Fédération, qui les a encouragés dans cette démarche. C'est malheureux, mais assez logique. " La conférence de presse terminée, place aux photos, au test de la sono et à la tonte d'une pelouse à moitié en état, mais qui aura trois semaines sans match à domicile pour être chouchoutée. Pour son retour officiel après 534 jours sans match, l'Excelsior Virton voulait marquer le coup. Alors tous les tickets disponibles ont été distribués gratuitement. De quoi convaincre certains membres des Kaotic Gaumais 19 de se faire vacciner. Ce soir, en compagnie des Fidel's Ardennais, l'autre groupe de supporters, ils rendent hommage à Michel Le Floachman et à Rachid Belhout, l'autre ancien coach récemment décédé, puis enchaînent les chants de soutien. Sur la pelouse, l'âge moyen dépasse à peine 23 ans. Si Anthony Sadin maintient la tête hors de l'eau des Vert et Blanc logiquement émoussés en première période, il ne peut rien sur le 0-1 de Van Eenoo. Flavio Becca est bien là, assis juste à côté du staff, quasiment au complet suite à l'arrivée de deux kinés. Il ne manque plus qu'un médecin, qui sera bien utile pour s'occuper de Masangu, en tribunes ce dimanche. Déjà considéré comme une pièce-maîtresse de l'effectif, le milieu de terrain (21 ans) souffre d'une luxation à l'épaule et ne jouera probablement plus en août. " Il y a de la qualité, mais pas encore d'équipe : c'est une somme d'individualités ", glissent Alain et ses deux fils Tom et Sam, installés dans le bloc A, derrière le but. " Comme on ne (re)connaît encore personne, ça va être compliqué d'analyser leur prestation à la buvette ", se marre le trio, alors que Westerlo enfonce le clou. " On va prendre le temps, comme les joueurs, pour se familiariser. Ça nous rend déjà suffisamment heureux de pouvoir revenir au stade toutes les deux semaines. " Vérification faite au coup de sifflet final, alors que les joueurs gaumais communient avec leurs supporters comme après une victoire. " Le résultat était un peu prévu par rapport à notre situation actuelle ", avoue Tom Van Den Abbeele. " Maintenant que l'on a notre noyau de base, on va prendre un peu plus de temps pour injecter notamment un gardien supplémentaire et deux, trois gars plus expérimentés pour renforcer l'axe et gérer le vestiaire. " Le lendemain, le club signe Altin Kryeziu, un milieu défensif kosovar international U21, en provenance du Torino. Un nouveau prêt, un pari supplémentaire sur un avenir qui devra se dégager à partir de janvier. Mais qui n'inquiète pas Patrice Waltzing. " Si on n'arrive pas à se stabiliser avec ce système, ça ne me dérangerait pas de voir l'Excelsior un ou deux échelons plus bas. Tant que le niveau correspond à ses moyens. "