La messe n'est pas dite, c'est évident. En été, on pouvait lire dans Sport Foot Magazine que "Wilmots avait deux mois pour relancer cette équipe nationale." Octobre devait être le mois de vérité. Et il l'a été de la plus belle façon qui soit avec un succès en Serbie et un autre contre l'Ecosse. L'hiver sera agréable au coin du feu avant d'en découdre au printemps avec la Macédoine de Cedo Janevski. Au-delà des chiffres et de cette addition de talents, que tout le monde nous envie, il y a la patte de Marc Wilmots, clair dans ses choix, insensible à la pression des médias, architecte d'une équipe collective, patiente, puissante et intelligente. Ses composantes reflètent l'image du pays avec des joueurs issus de toutes les couches de la population : quelle richesse. United colors of Wilmots: après le match, des supporters belges de toutes origines ont fait la fête avec les Ecossais devant le stade. Marc Wilmots a bel et bien dynamisé l'équipe nationale.

Pierre Bilic

La messe n'est pas dite, c'est évident. En été, on pouvait lire dans Sport Foot Magazine que "Wilmots avait deux mois pour relancer cette équipe nationale." Octobre devait être le mois de vérité. Et il l'a été de la plus belle façon qui soit avec un succès en Serbie et un autre contre l'Ecosse. L'hiver sera agréable au coin du feu avant d'en découdre au printemps avec la Macédoine de Cedo Janevski. Au-delà des chiffres et de cette addition de talents, que tout le monde nous envie, il y a la patte de Marc Wilmots, clair dans ses choix, insensible à la pression des médias, architecte d'une équipe collective, patiente, puissante et intelligente. Ses composantes reflètent l'image du pays avec des joueurs issus de toutes les couches de la population : quelle richesse. United colors of Wilmots: après le match, des supporters belges de toutes origines ont fait la fête avec les Ecossais devant le stade. Marc Wilmots a bel et bien dynamisé l'équipe nationale. Pierre Bilic