Les deux parties intéressées sont prêtes à laisser le président Roger Vanden Stock et la direction actuelle à la barre dans les prochaines années. En cas de rachat, la famille Vanden Stock garderait au moins un quart des parts: une minorité de blocage qui lui permettrait de mettre son veto sur des décisions importantes.