Comme Dortmund n'a pas donné l'impression de vouloir reprendre la première place du groupe à l'Atletico, la rencontre n'a pas débuté sur un rythme brûlant. Bruges en a profité pour bien faire circuler le ballon. Mais le champion de Belgique s'en est bien sorti à deux reprises. D'abord quand Marco Reus a isolé Christian Pulisic, qui a tiré dans les poings d'Ethan Horvath (10e). Ensuite, quand son gardien a manqué sa sortie aérienne sur une tentative de Raphaël Guerreiro (17e). Offensivement, les Blauw & Zwart étaient peu présents malgré un tir de Sofyan Amrabat (23e). Défensivement, ils ont encore eu des frissons quand Reus a filé seul vers le but et a tiré juste à côté (32e). A partir de ce moment, le jeu s'est surtout concentré au centre du terrain et le niveau d'ensemble a encore baissé.

Invisible en première période, Pablo Alcacer a directement mis Horvath à contribution (46e). Si le gardien américain était attentif, Benoît Poulain (48e) et Stefano Denswil (53e) l'étaient aussi. Lorqu'il partait en contre le Club ne parvenait toujours pas à garder le ballon dans les rangs au-delà de la ligne médiane et Wesley était bien seul devant. Ces nombreuses pertes de balle ont facilité la tâche de Witsel et de ses équipiers, qui ont multiplié les passes latérales.

Ivan Leko "heureux et fier"

"C'est fantastique, c'est un résultat historique", a réagi Ivan Leko, l'entraîneur de Bruges, après la rencontre. "Dortmun est très fort en Bundesliga et en Ligue des champions mais notre plan a pratiquement fonctionné à la perfection. Dortmund s'est créé peu d'occasions. Nous savions avant le match que nous aurions peu de possession de balle, mais nous avons aussi été dangereux avec Vanaken et Dennis. Je suis heureux et fier de ce que nous avons montré ici".

Comme Dortmund n'a pas donné l'impression de vouloir reprendre la première place du groupe à l'Atletico, la rencontre n'a pas débuté sur un rythme brûlant. Bruges en a profité pour bien faire circuler le ballon. Mais le champion de Belgique s'en est bien sorti à deux reprises. D'abord quand Marco Reus a isolé Christian Pulisic, qui a tiré dans les poings d'Ethan Horvath (10e). Ensuite, quand son gardien a manqué sa sortie aérienne sur une tentative de Raphaël Guerreiro (17e). Offensivement, les Blauw & Zwart étaient peu présents malgré un tir de Sofyan Amrabat (23e). Défensivement, ils ont encore eu des frissons quand Reus a filé seul vers le but et a tiré juste à côté (32e). A partir de ce moment, le jeu s'est surtout concentré au centre du terrain et le niveau d'ensemble a encore baissé. Invisible en première période, Pablo Alcacer a directement mis Horvath à contribution (46e). Si le gardien américain était attentif, Benoît Poulain (48e) et Stefano Denswil (53e) l'étaient aussi. Lorqu'il partait en contre le Club ne parvenait toujours pas à garder le ballon dans les rangs au-delà de la ligne médiane et Wesley était bien seul devant. Ces nombreuses pertes de balle ont facilité la tâche de Witsel et de ses équipiers, qui ont multiplié les passes latérales. Ivan Leko "heureux et fier" "C'est fantastique, c'est un résultat historique", a réagi Ivan Leko, l'entraîneur de Bruges, après la rencontre. "Dortmun est très fort en Bundesliga et en Ligue des champions mais notre plan a pratiquement fonctionné à la perfection. Dortmund s'est créé peu d'occasions. Nous savions avant le match que nous aurions peu de possession de balle, mais nous avons aussi été dangereux avec Vanaken et Dennis. Je suis heureux et fier de ce que nous avons montré ici".