La réponse à la question de l'impact financier du report des JO est ainsi devenue: "Le gouvernement japonais a réaffirmé sa détermination à assumer ses responsabilités afin d'accueillir avec succès les Jeux. Dans le même temps, le CIO a réitéré son engagement indéfectible à garantir la réussite des Jeux de Tokyo 2020. Le CIO et les partenaires japonais, notamment le comité d'organisation de Tokyo 2020, continueront d'évaluer et de discuter des répercussions du report pour chacun". La première réponse expliquait que "le premier ministre japonais, Abe Shinzo, a confirmé que le Japon continuerait de couvrir les coûts prévus en application de l'accord existant pour 2020". Le 24 mars dernier, un accord est intervenu entre le CIO et le Japon pour reporter les JO à 2021. Des officiels japonais et des experts ont estimé les coûts de ce report entre 3 et 6 milliards de dollars, voire plus. "Le CIO, quant à lui, continuera d'assumer sa part des dépenses. Pour le CIO, il ne fait aucun doute que les coûts supplémentaires s'élèveront à plusieurs centaines de millions de dollars", avait alors ajouté le Comité international olympique, et à tout le moins déjà 700 millions de dollars. Des déclarations qui n'avaient pas été confirmées par le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga qui a déclaré lors d'un point presse qu'il n'y avait pas d'accord entre le CIO et le Japon sur ce point. (Belga)

La réponse à la question de l'impact financier du report des JO est ainsi devenue: "Le gouvernement japonais a réaffirmé sa détermination à assumer ses responsabilités afin d'accueillir avec succès les Jeux. Dans le même temps, le CIO a réitéré son engagement indéfectible à garantir la réussite des Jeux de Tokyo 2020. Le CIO et les partenaires japonais, notamment le comité d'organisation de Tokyo 2020, continueront d'évaluer et de discuter des répercussions du report pour chacun". La première réponse expliquait que "le premier ministre japonais, Abe Shinzo, a confirmé que le Japon continuerait de couvrir les coûts prévus en application de l'accord existant pour 2020". Le 24 mars dernier, un accord est intervenu entre le CIO et le Japon pour reporter les JO à 2021. Des officiels japonais et des experts ont estimé les coûts de ce report entre 3 et 6 milliards de dollars, voire plus. "Le CIO, quant à lui, continuera d'assumer sa part des dépenses. Pour le CIO, il ne fait aucun doute que les coûts supplémentaires s'élèveront à plusieurs centaines de millions de dollars", avait alors ajouté le Comité international olympique, et à tout le moins déjà 700 millions de dollars. Des déclarations qui n'avaient pas été confirmées par le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga qui a déclaré lors d'un point presse qu'il n'y avait pas d'accord entre le CIO et le Japon sur ce point. (Belga)