"Le CIO condamne avec la plus grande fermeté les actes des responsables", a-t-il exprimé dans un communiqué mardi parlant de "manipulation flagrante" portant atteinte à la "crédibilité du sport lui-même", et d'"insulte au mouvement sportif mondial". "Le CIO soutiendra les sanctions les plus sévères", ajoute-t-il demandant aussi "aux autorités russes de fournir les données brutes en lien avec cette affaire. Cela reste d'une importance capitale, car la transmission de données brutes parfaitement authentifiées garantira qu'enfin justice soit faite et permettra que les coupables soient dûment punis et les innocents pleinement protégés. De cette manière, l'ombre de la suspicion à l'égard de la nouvelle génération d'athlètes russes intègres pourra être dissipée". Le CIO constate aussi que le rapport du comité de révision de l'AMA ne pointe aucune faute du mouvement sportif, "en particulier de la part du Comité olympique russe ou de ses membres. Dans ce contexte, le CIO accueille avec satisfaction l'opportunité qu'offre l'AMA aux athlètes russes de concourir, "s'ils sont en mesure de démontrer qu'ils ne sont impliqués en aucune façon dans ces irrégularités". Le CIO demande aussi "au vu de l'ampleur de la manipulation", à ce que l'AMA prennent des mesures supplémentaires. "Cela signifie en particulier que l'AMA devrait en référer au Conseil de l'Europe et à l'UNESCO, eu égard à la Convention contre le dopage et à la Convention internationale contre le dopage dans le sport". Le comité exécutif de l'AMA doit se prononcer le 9 décembre à Paris. Si la recommandation était appliquée, la Russie ne pourrait notamment pas participer aux prochains Jeux olympiques (JO) d'été et d'hiver, aux JO de la jeunesse et aux Jeux paralympiques. La Russie aurait la possibilité de contester de telles sanctions devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). (Belga)

"Le CIO condamne avec la plus grande fermeté les actes des responsables", a-t-il exprimé dans un communiqué mardi parlant de "manipulation flagrante" portant atteinte à la "crédibilité du sport lui-même", et d'"insulte au mouvement sportif mondial". "Le CIO soutiendra les sanctions les plus sévères", ajoute-t-il demandant aussi "aux autorités russes de fournir les données brutes en lien avec cette affaire. Cela reste d'une importance capitale, car la transmission de données brutes parfaitement authentifiées garantira qu'enfin justice soit faite et permettra que les coupables soient dûment punis et les innocents pleinement protégés. De cette manière, l'ombre de la suspicion à l'égard de la nouvelle génération d'athlètes russes intègres pourra être dissipée". Le CIO constate aussi que le rapport du comité de révision de l'AMA ne pointe aucune faute du mouvement sportif, "en particulier de la part du Comité olympique russe ou de ses membres. Dans ce contexte, le CIO accueille avec satisfaction l'opportunité qu'offre l'AMA aux athlètes russes de concourir, "s'ils sont en mesure de démontrer qu'ils ne sont impliqués en aucune façon dans ces irrégularités". Le CIO demande aussi "au vu de l'ampleur de la manipulation", à ce que l'AMA prennent des mesures supplémentaires. "Cela signifie en particulier que l'AMA devrait en référer au Conseil de l'Europe et à l'UNESCO, eu égard à la Convention contre le dopage et à la Convention internationale contre le dopage dans le sport". Le comité exécutif de l'AMA doit se prononcer le 9 décembre à Paris. Si la recommandation était appliquée, la Russie ne pourrait notamment pas participer aux prochains Jeux olympiques (JO) d'été et d'hiver, aux JO de la jeunesse et aux Jeux paralympiques. La Russie aurait la possibilité de contester de telles sanctions devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). (Belga)