Le Sénégal, finaliste de la précédente édition au Caire et premier qualifié sur le terrain cette fois, peut aussi entretenir des ambitions avec un certain Sadio Mané (Liverpool) à la pointe de l'attaque. Le Cameroun, dont la fédération est désormais présidée par Samuel Eto'o, entend aussi jouer un rôle majeur. L'histoire de la compétition nous rappelle que l'Égypte, avec sept succès, reste une référence en Afrique. La forme éblouissante de Mohamed Salah (Liverpool) peut faire la différence à tout moment. Les nations comme la Tunisie et le Maroc ont aussi annoncé leur intention de jouer les premiers rôles. Reportée d'un an en raison du Covid, elle a gardé son nom de "CAN 2021", comme l'avait fait auparavant l'Euro 2020 de football et les JO 2020 de Tokyo organisés douze mois plus tard qu'initialement prévu par la faute de la pandémie. Malgré les vaccins, celle-ci est loin d'être oubliée. Le variant Omicron a fait ressurgir la crainte des contaminations et des éventuels forfaits de joueurs qui en découlent. Voilà qui pourrait perturber le déroulement des quatre semaines de compétition. Le Nigeria devra ainsi se passer par exemple de Victor Osimhen (positif) et Emmanuel Dennis (non libéré par Watford). Le Cameroun a enregistré quatre cas à dix jours du match d'ouverture, dont le Gantois Michael Ngadeu, le Sénégal et l'Algérie, trois ce qui a contraint cette dernière à retarder son voyage. Face à la menace du virus, tous les supporters devront être entièrement vaccinés contre le Covid-19 et présenter un test négatif pour assister aux rencontres, ont décidé les autorités camerounaises. Vingt-quatre équipes sont à nouveau conviées à la grande fête du foot africain, un format inauguré en 2019 en Égypte. Seules huit seront coachées par un Européen, les autres ont donné leur confiance à un coach local. Le Cameroun donnera le coup d'envoi de la compétition le dimanche 9 janvier à Yaoundé face au Burkina Faso du coach belge Tom Saintfiet (17h00). L'Éthiopie et le Cap Vert complètent le groupe A. Le groupe B oppose le Sénégal, le Zimbabwe, la Guinée et le Malawi. Le groupe C réunit le Maroc, le Ghana, les Comores (qui découvre la compétition) et le Gabon. Le groupe D met aux prises le Nigeria, l'Égypte, le Soudan et la Guinée Bissau. Le groupe E rassemble l'Algérie, la Sierra Leone, la Guinée équatoriale et la Côte d'Ivoire. Le groupe F, enfin, est celui de la Tunisie, du Mali, de la Mauritanie et de la Gambie, l'autre débutant de cette CAN. Plus d'une vingtaine de joueurs évoluant dans le championnat belge ont été retenus pour l'événement. Les deux premiers des six groupes plus les quatre meilleurs troisièmes se retrouveront à partir du 23 janvier en huitièmes de finale, stade de la compétition à partir duquel tout se joue par élimination directe. La finale se déroulera à Yaoundé le dimanche 6 février. (Belga)

Le Sénégal, finaliste de la précédente édition au Caire et premier qualifié sur le terrain cette fois, peut aussi entretenir des ambitions avec un certain Sadio Mané (Liverpool) à la pointe de l'attaque. Le Cameroun, dont la fédération est désormais présidée par Samuel Eto'o, entend aussi jouer un rôle majeur. L'histoire de la compétition nous rappelle que l'Égypte, avec sept succès, reste une référence en Afrique. La forme éblouissante de Mohamed Salah (Liverpool) peut faire la différence à tout moment. Les nations comme la Tunisie et le Maroc ont aussi annoncé leur intention de jouer les premiers rôles. Reportée d'un an en raison du Covid, elle a gardé son nom de "CAN 2021", comme l'avait fait auparavant l'Euro 2020 de football et les JO 2020 de Tokyo organisés douze mois plus tard qu'initialement prévu par la faute de la pandémie. Malgré les vaccins, celle-ci est loin d'être oubliée. Le variant Omicron a fait ressurgir la crainte des contaminations et des éventuels forfaits de joueurs qui en découlent. Voilà qui pourrait perturber le déroulement des quatre semaines de compétition. Le Nigeria devra ainsi se passer par exemple de Victor Osimhen (positif) et Emmanuel Dennis (non libéré par Watford). Le Cameroun a enregistré quatre cas à dix jours du match d'ouverture, dont le Gantois Michael Ngadeu, le Sénégal et l'Algérie, trois ce qui a contraint cette dernière à retarder son voyage. Face à la menace du virus, tous les supporters devront être entièrement vaccinés contre le Covid-19 et présenter un test négatif pour assister aux rencontres, ont décidé les autorités camerounaises. Vingt-quatre équipes sont à nouveau conviées à la grande fête du foot africain, un format inauguré en 2019 en Égypte. Seules huit seront coachées par un Européen, les autres ont donné leur confiance à un coach local. Le Cameroun donnera le coup d'envoi de la compétition le dimanche 9 janvier à Yaoundé face au Burkina Faso du coach belge Tom Saintfiet (17h00). L'Éthiopie et le Cap Vert complètent le groupe A. Le groupe B oppose le Sénégal, le Zimbabwe, la Guinée et le Malawi. Le groupe C réunit le Maroc, le Ghana, les Comores (qui découvre la compétition) et le Gabon. Le groupe D met aux prises le Nigeria, l'Égypte, le Soudan et la Guinée Bissau. Le groupe E rassemble l'Algérie, la Sierra Leone, la Guinée équatoriale et la Côte d'Ivoire. Le groupe F, enfin, est celui de la Tunisie, du Mali, de la Mauritanie et de la Gambie, l'autre débutant de cette CAN. Plus d'une vingtaine de joueurs évoluant dans le championnat belge ont été retenus pour l'événement. Les deux premiers des six groupes plus les quatre meilleurs troisièmes se retrouveront à partir du 23 janvier en huitièmes de finale, stade de la compétition à partir duquel tout se joue par élimination directe. La finale se déroulera à Yaoundé le dimanche 6 février. (Belga)