Les écuries de F1 ont en effet marqué leur accord pour 22 rendez-vous inscrits dans un calendrier que le Conseil de la FIA, la fédération internationale automobile, doit approuver le mois prochain et qui pourrait donc encore être sujet à des adaptations de dernière minute. Faute de moyens, le GP d'Allemagne à Hockenheim n'est plus viable. Il y a eu 64 rendez-vous en F1 depuis 1951. Le Grand Prix du Mexique a lui été prolongé jusqu'en 2022. La saison débutera traditionnellement par l'Australie le 15 mars, suivi, une semaine plus tard, du Grand Prix du Bahreïn. Quinze jours plus tard, c'est un Grand Prix au Vietnam qui fera son entrée dans le cirque de la F1, à Hanoï. Le programme est marqué aussi par le retour d'un Grand Prix aux Pays-Bas à Zandvoort pour le plus grand plaisir du matador local Max Verstappen. Il s'agira de la première course en Europe, le 3 mai. Une semaine plus tard, le Grand Prix d'Espagne reste au programme. Après avoir dû courser pour réunir les moyens nécessaires, la Catalogne garde son traditionnel rendez-vous à Barcelone, pour la 30e édition d'affilée. Le mythique GP de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps est inscrit lui au calendrier jusqu'en 2021 y compris, traditionnellement fin août. Il accueillera d'ailleurs ce week-end le 13e rendez-vous de la saison. Le circuit ardennais, le plus long de l'année (7,004 km), figure au calendrier de la F1 depuis sa saison inaugurale, en 1950. Selon les informations parues, le Grand Prix d'Azerbaïdjan sera déplacé d'avril à juin. Le dernier rendez-vous de la saison est fixé au 29 novembre à Abou Dhabi. (Belga)