"Le VAR n'avait pas d'images pouvant montrer que la balle avait complètement franchi la ligne de touche. Pour cela, il faut une caméra sur la ligne. Si le ballon touche encore la ligne de touche, il est toujours sur le terrain de jeu et doit continuer à être joué", a expliqué le département arbitrage dans un communiqué. "Si le VAR ne peut pas fournir une preuve claire (image) à l'arbitre que le ballon a franchi la ligne de touche, le VAR ne peut pas intervenir (décision factuelle)."

Samedi lors des interviews d'après-match, l'entraîneur de Genk Felice Mazzu avait sorti son téléphone devant les caméras pour montrer une image de l'action en question. "C'est l'image du ballon qui sort. Le juge de ligne est juste en face. On le voit, le ballon est dehors. Avec tous les moyens informatiques qu'on a aujourd'hui, ce n'est pas normal de laisser passer une action comme celle-là", s'était-il emporté.

Par ce communiqué, le département arbitrage ne prétend pas que la décision de l'arbitre est juste mais souligne qu'il était difficile pour le VAR de confirmer ou infirmer la décision du referee.